AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Je suis ici chez Moi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rosemary G.
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 10/06/2014

MessageSujet: Je suis ici chez Moi.   Lun 14 Juil 2014 - 16:33

Rosemary termina sa crêpe avec un soupir de satisfaction, se léchant les babines. Fraises-Chocolat-Chantilly. Un véritable délice. Elle avait discuté avec Lena, qui tenait la crêperie de Muzenn, et qui lui avait expliqué avec fierté que la Bretagne faisait les meilleures crêpes de France, et qu'elle n'avait qu'à goûter celles-ci pour s'en rendre compte elle-même – en toute modestie, Lena ne se mettant pas du tout en avant comme faisant les meilleures crêpes, mais étant tout simplement fière des recettes artisanales de sa région. Et Rosemary ne pouvait qu'acquiescer et la couvrir de compliments ; certes, elle n'avait pas goûté de crêpes d'autres régions, mais elle n'avait pas besoin de point de comparaison pour savoir que ce qu'elle venait de déguster était tout simplement délicieux. Elle reviendrait.

Elle se leva pour partir, s'avançant vers la porte, mais la propriétaire l'arrêta en chemin.

- Ce sera 5,60 euros, s'il te plait.

Rosemary se mordit la lèvre, et regarda ses chaussures d'un air honteux.

- C'est que… Je suis vraiment vraiment vraiment désolée, mais j'ai oublié mon porte-monnaie, je ne sais pas comment faire…

Généreuse et confiante, la vieille dame lui sourit pour la rassurer :

- Ne t'inquiète pas. Tu reviendras me la payer la prochaine fois que tu passes par ici, d'accord ?

- D'accord.

Elle hocha la tête docilement, remercia la vendeuse de crêpes et fit sonner le carillon en sortant. Décidément, les gens du coin étaient d'une naïveté…

Elle remonta la rue, sortant bientôt du village pour se diriger vers le Château de Muzenn.

Elle avait pris son temps avant de véritablement se décider à s'y rendre. Elle avait préféré d'abord l'observer, avant de l'intégrer, pouvoir déjà avoir quelques repères. En tout cas, elle y serait logée et nourrie, et quelque part, c'était tout ce qu'elle pouvait demander – ses hôtes du moment venaient de la mettre à la porte. Mais il lui fallait une excuse – le Château n'était pas une résidence accueillant les sans-abris et les pouilleux. Les gens se rendaient au Château pour apprendre à utiliser leurs Talents, et pour s'épanouir dans leur Art – mais elle voyait mal comment le sien pouvait avoir la moindre utilité artistique. La rhétorique était certes un Art, ici, mais pourquoi l'apprendrait-elle mieux au Château qu'ailleurs ? Tout ce dont elle avait besoin, c'était d'un interlocuteur à entortiller. Et bon – la peinture, la musique, l'écriture, la danse, tout ça, voilà des choses qui ne l'intéressaient guère ; ça demandait trop de patience, déjà, et elle n'en avait que très peu. Enfin – elle s'était mieux renseignée sur les Familles dans sa famille d'accueil, et leur livre de généalogies avait été fort utile. Il était grand temps de faire face à Iestin Cabedoce.

L'entretien se passa comme elle l'avait prévu – le vieil homme fut assez surpris en l'entendant raconter son histoire, mais la prit ensuite sous son aile, lui montrant l'aile résidente où elle pourrait s'installer et lui promettant de lui faire faire une carte d'accès au plus vite. Voilà qui finalement n'était pas si compliqué.

Plus qu'à prendre possession des lieux – et elle sillonna les couloirs de ses longues enjambées, se sentant grande, poussant les portes à l'instinct. Elle se retrouva dans la bibliothèque, et leva la tête – elle était grande, sur deux étages, mais elle en avait vu de plus belles encore. Un sourire mesquin apparut sur son visage au souvenir de craquèlements de papier dans les flammes. L'un des jours les plus amusants de sa vie, certainement !

Mais elle n'aimait pas lire, et n'avait aucune envie de perdre son temps ici.

Faisant un demi-tour sur elle-même, elle tomba nez à nez avec ce qui ressemblait à un humanoïde, qu'elle n'avait pas entendu arriver, et à qui elle bloquait l'accès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ary Liadan
J't'emmène au vent
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 28/06/2014
Age : 21

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Sam 13 Sep 2014 - 15:22

Il fallut à Ary pas moins de quatre essais avant d’enfin réussir à déverrouiller la porte de sa chambre. Sa main gauche était occupée à tenir son étui à violon, contenant le précieux instrument, et la droite gérait tant bien que mal les feuilles de partitions et la clef de la chambre. Compris, la prochaine fois, elle allait déposer ses affaires au sol.

Laissant échapper un soupir de soulagement, la jeune fille alla remettre tout ce qui l’encombrait à sa place. Il faudrait aussi se rappeler d’apporter un sac à dos la prochaine fois qu’elle sortait du château avec son équipement. Mine de rien, ce n’était pas si simple de tout transporter jusqu’au village. Enfin bon, elle était encore plus ou moins en période d’adaptation, les petites erreurs de ce genre étaient donc permises.

Voilà quelques jours qu’elle avait quitté Paris, ville bruyante et moderne, pour arriver ici. Bien entendu, il fallait s’attendre à des changements drastiques entre la ville lumière et ce petit village de Bretagne, mais même avoir été préparée à l’avance n’atténuait pas totalement le choc.

Même si la Sonnen ne regrettait pas une seule seconde son voyage. L’endroit était juste magnifique, et parfait pour trouver l’inspiration.

Depuis son arrivée, Ary avait donc passé à son temps à visiter le château et, un peu plus récemment, le village pour se trouver des repères et s’adapter à ce nouvel environnement pendant que son violon attendait patiemment à son étui et prenait la poussière (bon, peut-être pas à ce point). Maintenant, elle sentait que son petit repérage pouvait être considéré comme terminé. Il ne restait plus qu’à participer finalement à la vie du château. Chose qui réussissait à la rendre aussi anxieuse qu’excitée.

Par contre, pas plus tard qu’hier, elle avait vu un magnifique coin tranquille près de la forêt de Brocéliande. Un coin parfait pour jouer et rattraper le temps perdu en toute quiétude.

Naturellement, elle y avait passé toute la matinée à jouer comme si on allait lui retirer son violon le lendemain pour ne plus jamais le lui rendre. En même temps, elle ne devait pas être rouillée lorsqu’il viendrait le temps de présenter son Talent. Ce serait un comble.

Enfin bref, la jeune fille rangea ses affaires, se demandant ce qu’elle allait faire le reste de la journée. Il y avait bien un endroit qui figurait à la base dans sa liste des lieux à visiter absolument et dont elle n’avait eu l’occasion que d’y jeter un coup d’œil : la bibliothèque. Et d’après ce qu’elle avait pu voir, ça avait l’air plutôt impressionnant.

Après avoir pris un rapide repas, son déjeuner datait de très tôt, Ary se dirigea rapidement vers le lieu des connaissances. Heureusement, sa mémoire ne lui fit pas défaut et elle sut retrouver sa position assez facilement. C’était un bon début.

Par contre, une jeune fille blonde était visiblement en train d’examiner la bibliothèque, et bloquait légèrement l’accès au passage. Puisqu’elle était de dos, elle ne pouvait évidemment pas voir la Sonnen arriver. Cette dernière allait faire discrètement faire remarquer sa présence, mais l’autre fut plus rapidement et se retourna brusquement.

Les deux restèrent face à face quelques instants sans bouger avant qu’Ary se décide à parler.

-Euh, excuse-moi ? J’aimerais passer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosemary G.
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Jeu 18 Sep 2014 - 16:52

Rosemary scruta la fille de bas en haut, commençant par ses jolies chaussures, puis ses chaussettes, sa jupe, ses mains aux ongles parfaitement coupés, ses cheveux noirs tombants, son haut cachant mal un corps frêle, son menton, ses lèvres, son nez, son front… Ah, elle était plus petite qu’elle, si Rosemary continuait à remonter le regard elle ne la verrait plus.

Satisfaite de son observation, Rosemary hocha la tête et sourit à la jeune fille.

Finalement, peut-être ne partirait-elle pas si vite.

L’envie de s’amuser fourmilla au bout de ses doigts, et plutôt que de se décaler pour laisser passer l’autre Artiste, elle croisa les bras, et écarta les jambes pour bien boucher le passage.

- Il faut un mot de passe, pour pouvoir rentrer.

*Réfléchis, ma belle, réfléchis… Que vas-tu bien pouvoir inventer ?*

- Je vais te donner une énigme. Si tu trouves la réponse, tu passes. Sinon, c’est à toi de m’en proposer une. Si je trouve, on continue. Si je ne trouve pas, tu passes…

Elle parlait trop vite et n’avait pas d’idée. Une énigme, une énigme… Que pourrait-elle bien lui demander ? Elle s’humecta les lèvres, avant de se souvenir d’un vieux moine qui, un jour, avait voulu jouer à ce jeu avec elle – le pauvre n’avait pas compris qu’elle ne jouait pas aux jeux des autres et imposait ses propres règles.

- Qu’est-ce qui est plus grand qu’une montagne, et plus léger qu’une plume ?

Et elle chercha à regarder son interlocutrice dans les yeux, curieuse de savoir comment elle allait réagir.

*Espérons qu'elle ne soit pas ennuyeuse, malgré son look discret...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Narjac
L'Elephant avec une couronne
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Jeu 18 Sep 2014 - 18:21

Bondissant comme le vent, je la poursuivais avec une ardeur presque indécente. A travers tout le château, chaos ambulant, je galopais. Que faisais-je là ? Une amusante alternative à mon jogging quotidien ? J'avais mangé a des rythmes irréguliers, récemment, j'aimais les calories, ç'aurait été logique.

Passant à proximité de la bibliothèque, j'entendis un voix prononcer ces quelques mots "Qu’est-ce qui est plus grand qu’une montagne, et plus léger qu’une plume ?", sans pouvoir me retenir, je lançai au passage :

« UN NUAGE !!  »

Puis, je fis demi-tour, revenant vers l'entrée de la bibliothèque, et annonçai le but de cette traque que je menais :

« Pardon pour le dérangement, charmantes muses, mais l'inspiration n'attend pas et cette demoiselle là court vite.  »

Cela fait, je repris ma course, la perdre aurait été dommage. Je ne saurais dire pourquoi, mais j'eu une pensée pour un clown entrevu, brièvement, à l'une ou l'autre occasion. Peut-être serait-il un guide pour attraper cette savonnette qu'était l'inspiration ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ary Liadan
J't'emmène au vent
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 28/06/2014
Age : 21

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Dim 21 Sep 2014 - 20:35

Ary dévisagea la jeune fille avec une surprise à peine dissimulée. Elle ne la laisserait pas passer, visiblement, tant qu’elle ne jouerait pas son jeu. Soit, elle n’était pas pressée de toute façon et elle aimait bien les énigmes. Et puis, cette fille n’avait pas l’air méchante… Sans parler que tenter un passage en force n’était peut-être pas l’idée du siècle. La violoniste croisa les bras et hocha la tête, curieuse. Muzenn commençait tout juste à la surprendre.

-Bien, je joue.

La gardienne de la porte sembla réfléchir quelques secondes avant de poser son énigme. Plus grand qu’une montagne mais aussi plus léger. Ary, fronça les sourcils, ce serait donc ce genre de devinette. Hum, n’en avait-elle pas déjà entendu une énigme semblable à un moment ? Avec la tour Eiffel peut-être ? Elle n’arrivait pas à s’en rappeler. Plus grand et plus léger qu’une montagne…

Perdue dans ses réflexions, elle revient brutalement à la réalité en entendant quelqu’un crier :

-UN NUAGE !!

L’arrêt cardiaque passé, Ary put voir un jeune homme expliquer brièvement sa présence et repartir aussi vite qu’il était venu, à la recherche d’inspiration. Stupéfaite, elle se pencha inconsciemment vers l’arrière en le suivant des yeux. Rapidement, il disparut de son champ de vision. Ah ouais, quand même…

Dans un vieux château où les élèves apprenaient à se servir d’un Art que certains décrieraient comme de la sorcellerie, il fallait bien se douter qu’on allait voir des choses surprenantes, mais sur ce coup-là, elle ne s’y attendait pas.

Mais qu’avait-il dit déjà ? Un nuage ? Moui, cette réponse avait du sens. Mais, un nuage était-il vraiment plus grand qu’une montagne ? Hum, ce n’était pas exactement là-dessus qu’on se posait dans les cours de sciences.

Dans tous les cas, cette réponse n’était pas valable. Elle provenait d’un inconnu qui s’était esquivé plus vite que son ombre. Ses yeux s’écarquillèrent

… Oh !

-L’ombre !

Ary sourit, fière de son coup. Néanmoins, elle se racla la gorge et repris un air plus modeste.

-Enfin… l’ombre de la montagne. C’est bien ça la réponse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosemary G.
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Lun 22 Sep 2014 - 16:23

Un poète passa.

Rosemary analysait, ses yeux partant dans toutes les directions. Un jeune homme qui court après l’inspiration, se mêle de ce qui ne le regarde pas et court de plus belle, voilà qui lui donnait envie de courir elle aussi, et d’attraper avant lui ce qu’il cherchait avec tant d’ardeur. Il lui suffirait d’avoir le bras plus long, ou de tenir un filet à papillons…

Et puis la jeune timide, qui obéissait gentiment à ses injonctions, cherchait une réponse, se pliait au jeu… et trouvait une réponse potentielle. C’était une tête, cette fille. Elle avait l’air discrète, dans le fond, mais au final, elle réfléchissait certainement à tout, remarquait les moindres petits détails, et n’était pas peu fière de pouvoir sortir la bonne réponse une fois qu’elle l’avait et qu’on la lui demandait, sous ses faux airs d’humilité… Oh, elles allaient bien s’amuser, toutes les deux, ça allait être du tonnerre, Rosemary le sentait.

La tempétueuse la fixa, les yeux plissés, avant d’aboyer, durement :

- Quelle heure est-il ?

Et là était le véritable test – voyons si la jeune fille était aussi intelligente qu’elle en avait l’air… Allait-elle lui donner l’heure ? Si oui, laquelle ?

Celle d’aujourd’hui, maintenant, tout de suite ?

Ou celle dont elle avait besoin pour véritablement résoudre l’énigme ?

[Tu n'es pas au bout de tes peines ! I love you  ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ary Liadan
J't'emmène au vent
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 28/06/2014
Age : 21

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Ven 3 Oct 2014 - 23:50

Sa réaction la surprit, la pauvre Sonnen faillit même reculer sur le coup. Eh oui, lorsqu’on donnait une réponse à une énigme, on s’attendait à un « C’est la bonne réponse » ou « Non, c’est pas ça », quelque chose dans le même style du moins, pas à une question qui n’avait à première vue rien à voir et dite aussi… froidement ?

Ary eut un réflexe plutôt logique : regarder sa montre. Elle allait répondre, mais s’arrêta. Lentement, son bras retomba à sa place initiale, alors qu’elle fixait son interlocutrice d’une façon légèrement sceptique. Ah, la jeune fille voulait-elle dire l’heure pour son énigme ? En effet, l’ombre n’avait pas la même taille selon la position du soleil. C’était bien la première fois de mémoire qu’on lui demandait une précision de ce genre pour une devinette… mais bon, c’était aussi la première fois qu’on lui demandait de répondre à une énigme pour entrer dans une bibliothèque.

Et, entre ça et le type qui avait détalé à toute vitesse à la poursuite de l’inspiration…

Bon, l’ombre était la plus petite à midi, lorsque le soleil trônait au milieu de ciel. Elle diminuait donc en arrivant au milieu de la journée et s’allongeait de l’autre sens alors que le soir s’approchait. Il fallait donc que ce soit tôt le matin ou tard dans l’après-midi si on voulait que l'ombre formée par la montagne soit sensiblement plus grande.

-Il est 7h00 du matin à l’endroit où ladite montagne se trouve. Le ciel est clair, il n’y a aucun nuage, et le soleil déverse ses rayons lumineux sur les alentours.

Sans s'en rendre compte, Ary perdit sa posture et s'appuya sur sa jambe droite, espérant avoir donné assez de précisions pour que sa réponse soit considérée comme satisfaisante.

[Eh bien, merci de prévenir xP (et encore pardon pour l'attente)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosemary G.
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Sam 4 Oct 2014 - 10:38

- Bonne réponse.

Juste. Et complète. Pas seulement l’heure mais le temps qu’il fait, et l’ombre s’étire, s’étire, s’étire… Elle n’aurait pas pu mieux répondre.

Rosemary prit l’air pensif. Cette fille, c’était une fille discrète, sérieuse, attentive à ce qui l’entourait, et qui faisait tourner ses méninges pendant que les autres barbouillaient. Une intellectuelle – Prederi peut-être ? – et, surtout, une enfant obéissante. Pas une seule seconde elle n’avait mis en doute le droit de Rosemary de lui bloquer le passage. Elle avait accepté sans protestations de se prendre au jeu, et d’y répondre bien. Pas une seule fausse note, pas une seule mauvaise réponse. Et à présent, elle attendait que le fait « d’agir selon les règles » et de « donner la bonne réponse » ait les conséquences voulues. Je réponds, j’ai 20/20. Je devine ton énigme, tu me laisses passer. Comme si tout était sur des rails, que tout fonctionnait de manière logique et raisonnable. Les gentils sont heureux, les travailleurs sont félicités, les méchants sont punis, les branleurs se mordent les doigts plus tard. La fourmi danse tout l’hiver et la cigale pleure de froid.

Rosemary ne la déçut pas et s’écarta, levant les bras vers la bibliothèque pour l’inviter à passer et lui ouvrir le chemin. Oh, elle aurait pu taper un caprice et lui rire au nez, mais ça ne l’amusait pas. Il faudrait qu’elle trouve mieux – qu’elle teste les limites, un peu, qu’elle voit si cette fille pouvait sortir de sa jolie boîte bien moulée. Elle lui emboita le pas.

- Je m’appelle Rosemary. Tu cherches quoi, ici ?

[Répit ! Et pas de souci c'est quand tu veux Smile0 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ary Liadan
J't'emmène au vent
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 28/06/2014
Age : 21

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Dim 12 Oct 2014 - 22:57

Un peu plus et elle aurait soupiré de soulagement. Sa réponse avait été acceptée, le droit de passer lui avait été octroyé. Ary sourit, elle pouvait enfin entrer dans la bibliothèque. Mine de rien, ça aura été un peu plus compliqué que prévu.

Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle remarqua que la demoiselle aux devinettes la suivait. Oh. Elle ne s’y attendait pas vraiment, peut-être l’imaginait-elle questionner aussi le prochain venu. Qui sait, son don pourrait être lié aux énigmes et elle s’entraînait. Peut-être avait-elle été "victime" de son Art sans même s'en rendre compte ! Enfin bon.

-Je m’appelle Ary, répondit celle-ci en murmurant avec un sourire poli.

Elle ignorait encore quoi penser de cette Rosemary. Bon, habituellement, c’était une bonne chose de faire des rencontres lorsqu’on arrivait dans un nouvel établissement scolaire, mais la violoniste n’avait jamais été celle qui cherchait le plus à en faire.

Ses yeux firent rapidement le tour de la bibliothèque. Des étudiants lisaient en silence, d’autres cherchaient parmi les nombreux rayons et un nombre difficilement calculable de livres trônaient sur les étagères. Le silence n’était troublé que par de discrets murmures, le bruit des pages qui se tournaient et celui des pas de ceux en pleine recherche. Une bibliothèque, quoi. Néanmoins, celle-ci pouvait se vanter de dégager un air bien plus ancien et imposant contrairement à celles dont la Sonnen était habituée. Ary sourit, contente de ce qu’elle voyait.

-Rien de particulier en fait, continua-t-elle à voix basse. Je suis arrivée ici il y a quelques jours à peine, je viens simplement voir ce qu’on peut trouver dans le coin.

À vue de nez, simplement faire le tour lui prendrait un sacré bout de temps. Par où commencer ? Peut-être que Rosemary en connaissait plus qu’elle.

-Et toi, qu’est-ce que tu faisais ici ?

À part jouer au Sphinx.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosemary G.
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Mer 15 Oct 2014 - 12:08

- Oh ! Ton nom se termine comme le mien, c’est marrant. Tu aurais pu être mon surnom – tu imagines être le surnom de quelqu’un ? Ma version courte… Ou alors, on peut se compléter : Je ne suis Rosemary qu’avec toi, sans toi je suis uniquement Rosem ! Vas-y, je t’adopte.

Et Rosemary, dans son élan d’enthousiasme, vint serrer les épaules d’Ary. Un « shh… » général se fit entendre. Il faut dire que Rosemary agissait comme elle agissait partout, c’est-à-dire pas du tout comme si elle était dans une bibliothèque. Sa voix portait loin et clair, ses pas résonnaient au sol. Elle tira la langue au lecteur le plus proche, puis se pencha à l’oreille d’Ary, parlant ainsi à peine moins fort :

- Quels casse-pieds ! Moi, c’est comme toi, je viens d’arriver et je visite. C’est assez joli, ici. Je n’aime pas trop les livres, je préfère que des gens me racontent ce qu’il y a dedans. C’est comme le monde, tu vois ? Autant aller voir soi-même. J’ai tellement envie d’aller à Paris. Pourquoi tu es à Muzenn, toi ? Ça a l’air mort de chez mort, comme endroit, je ne vois pas qui y viendrait de son plein gré.

Rosemary n’aimait pas s’ennuyer.

- Et pourquoi la bibliothèque ? Remarque, c'est chouette, on peut faire un jeu. On doit chacune trouver un livre qui intéressera l'autre - alors, deviner qui nous sommes, ce qui pourrait nous intéresser, et fouiner partout dans cet endroit à sa recherche ! Savoir choisir un livre pour quelqu'un.

Rosemary lui fit un grand sourire, décidément toute excitée.

- Tu es partante ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ary Liadan
J't'emmène au vent
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 28/06/2014
Age : 21

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Dim 26 Oct 2014 - 19:23

Elle parlait beaucoup. Et fort. Et de plein de choses. Ary ne pouvait s’empêcher de se sentir intimidée, comme une petite souris grise face à un grand chat hyperactif. Un commentaire, une remarque ou une question avait beau venir tout juste d’être proféré qu’un autre suivait aussitôt. Pas moyen de faire passer un semblant de réponse entre deux phrases, si bien que la jeune fille finit par se contenter de sourire timidement et hocher la tête, même si certains trucs la laissaient perplexe. Elle sentait le regard des autres étudiants présents dans son dos, Rosemary parlait beaucoup trop fort pour l’endroit où elles se trouvaient et, de ce fait, semblait déranger pas mal tout le monde.

Le silence finit par revenir, sans doute au grand plaisir de… pas mal tout le monde présent. Rosemary venait de lui proposer un jeu. Ici, dans la bibliothèque ? C’était… une idée intéressante, bien qu’un peu déplacée. En tout cas, la blonde avait l’air plus qu'enjouée.

Ary jeta un coup d’œil aux alentours, il y avait encore quelques regards qui persistaient dans leur direction, mais la plupart étaient retournés dans leurs bouquins. Bon, dans les faits, ce jeu pouvait se montrer intéressant, bien que le peu qu’elle savait sur sa nouvelle amie n’indiquait pas vraiment qu’elle trouverait de quoi lui plaire dans ce type de bibliothèque. Elle pouvait toujours essayer, et puis, c’était une bonne façon de faire le tour de son contenu. Sans parler que Rosemary serait sans doute plus discrète de cette façon… sans doute.

D’ailleurs, elle aimait beaucoup jouer, non ? Ary sourit.

-D’accord, on peut toujours essayer. Il y a-t’il des règles à respecter ? Une limite de temps ?


Nul besoin de préciser qu’elle parlait nettement moins fort que l’autre jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosemary G.
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Mar 11 Nov 2014 - 16:55

Ah, si prévisible !

Déjà à demander les règles, la durée, et à penser aux limites du jeu plutôt qu’au jeu lui-même !

Ce n’était pas plus mal : Rosemary aimait les règles. Les poser, les rendre compliquées, puis les ignorer et leurs marcher dessus, rire des autres qui les suivaient, qui traversaient la route en fonction de lumières clignotantes, alors qu’ils leurs suffisaient d’avoir des yeux et des jambes pour aller à leur guise… Prisonniers, tous, de tellement de règles différentes ! Les règles changeaient toujours d’un monde à l’autre, mais ce qui ne changeait jamais, c’était qu’il y avait des individus pour les suivre ou les briser.

Ça la faisait rire.

Et ça lui faisait plaisir d’être quelques instants celle qui dicterait le monde.

- Rendez-vous ici dès que tu as trouvé un livre. La première à en trouver un devra siffler – l’autre devra alors terminer aussi vite que possible pour ne pas faire attendre l’autre. Sinon, les règles, les règles… Il ne faut pas se faire voir des bibliothécaires ! Sinon elles vont nous manger. Allez !

Et Rosemary disparut entre deux rayons, avant qu’on n’entende ses pas bruyants dans les escaliers – elle montait déjà.

Un livre pour Ary. Où commencer à chercher ?

Le choix était monstre. Beaucoup d’ouvrages, à vocation d’apprentissage, parlait des Familles, des Talents, des Muses. D’autres étaient spécifiques à un art, et chaque Famille avait plus ou moins son coin de bibliothèque désigné. Rosemary ne savait même pas quel Talent avait son homologue… Il y avait aussi des thèses, des partitions, des essais, de vieilles archives, des romans, des encyclopédies… A en avoir le tournis.

Que choisir ?

Quelque part, si elle voulait rester dans les règles qu’elle avait imposé, ce serait simple : Ary était une dévoreuse de livres, elle avait soif de savoir, d’apprendre, de connaissances, et elle pourrait prendre à peu près n’importe quoi, elle était certaine que la jeune demoiselle serait heureuse de découvrir ce nouvel univers. Mais ce serait fort ennuyeux. Non ; en lui donnant le livre, Rosemary préférait… apprendre quelque chose de plus sur elle. Ou l’obliger à repousser ses limites. A accepter quelque chose qu’elle repousserait habituellement… Quelque chose qui se heurterait contre le droit chemin de la raison. Quelque chose sur braver l’interdit… Les questions tournaient dans sa tête. Jusqu’où Ary était-elle prête à aller pour respecter les règles qui lui étaient données ? Etait-elle prête à souffrir ? A sacrifier son identité ? A mourir ?

Alors elle chercha.

Elle hésita, longtemps, en lisant un résumé de Sade ; puis son attention se tourna vers un tas de livres étranges, à l’écart des autres, et qui avaient l’avantage flagrant d’être tout plein d’images. Rosemary feuilleta les bandes dessinées, toute émerveillée, puis les comics, avant de faire son choix.

V pour Vendetta.

C’était un livre sur l’oppression ; une société où chacun suivait les règles méthodiquement et où la vie vibrait avec les révolutionnaires. Rosemary plaça les feuillets derrière son dos, et partit à la recherche d’Ary.

Elle ne retourna pas au point de rendez-vous – elle voulait être la dernière arrivée.

Juste pour savoir si Ary savait siffler.

Et si elle le ferait dans cette bibliothèque où le moindre son était vivement proscrit…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ary Liadan
J't'emmène au vent
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 28/06/2014
Age : 21

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Sam 24 Jan 2015 - 22:23

Siffler dans une bibliothèque ? Les règles d’un jeu ne pouvaient pas aller à l’encontre d’un élément de ce jeu, à savoir le lieu choisi dans cette situation ! Ary voulut contester, elles ne pouvaient pas simplement dire que la première revenue avec un livre gagnerait ? Mais déjà Rosemary s’était envolée. Ses pas dans l’escalier se faisant entendre dans toute la bibliothèque. Mais… euh… pour le bruit… ?

La jeune fille resta plantée là quelques secondes, légèrement perdue.

… bon…

Cette fille avait une certaine difficulté à respecter les règles qu’elle n’avait pas elle-même créées on dirait. Hésitante, Ary monta à son tour l’escalier pour arriver bien plus discrètement au deuxième étage de la bibliothèque, jeta un regard aux alentours pour vainement chercher  son « amie » et s’engouffra dans un rayon au hasard. Un livre qui pourrait intéresser Rosemary… voilà qui risquait de se montrer compliqué. N’avait-elle pas dit qu’elle n’était pas fan de lecture ? Alors qu’Ary adorait… ce jeu s’annonçait plutôt injuste. Enfin, cela dépendait si l’autre demoiselle cherchait vraiment quelque chose de particulier au lieu de prendre le premier bouquin qui traînait.

Mais la Sonnen ne se découragea pas, c’était un défi intéressant. Ses yeux parcoururent les volumes disposés sur les étagères alors qu’elle réfléchissait. Que savait-elle sur cette fille ? Qu’elle ne semblait avoir aucune gêne, parlait beaucoup, prenait le contrôle de la situation… et suivait ses propres règles. Derrière son air parfaitement innocent, son comportement, sa façon de se tenir et de parler, sous-entendait une grande assurance et un puissant désir de s’affirmer, elle se tenait droite, presque intimidante malgré son apparence. Vu tout ce qui s’était passé dans les dernières minutes, une certaine impulsivité était facilement décelable. Cette fille paraissait foncer dans le tas sans réfléchir, ignorant ceux aux alentours et faisant ce qui lui plaisait quand ça lui plaisait. Ah, et elle avait l’air de rapidement improviser. Tout cela ne l’aidait malheureusement pas à trouver un livre qui pourrait lui plaire.

Pour tout dire, Ary ne savait plus vraiment ce qu’elle faisait là avec une telle personne.

De nombreux choix s’offraient à elle, tous des titres qu’elle n’imaginait nullement entre les mains de Rosemary. Elle n’aimait pas lire… y avait-il des bandes-dessinées ici ? Peut-être que ce serait plus facile…

La Sonnen était sur le point de partir à la recherche de ce type particulier de littérature lorsqu’une charmante petite brique attira son attention. Un format poche d’un bleu sombre avec un titre particulier. « Aliss », signé Patrick Sénécal, un auteur québécois, considéré comme maître de l’horreur dans sa province. Ah oui, ça !

Rapidement, elle s’empara du roman et lu rapidement le résumé sur la quatrième de couverture, les souvenirs se précisant à chaque petite ligne. Elle l’avait lu il y a un petit moment de cela, en ayant entendu pas mal de bien. Autant dire que, malgré quelques envies de vomir passagères, elle n’avait aucunement été déçue.

« … Alice est une jeune fille curieuse, délurée, fonceuse et intelligente de Brossard. À dix-huit ans, poussée par son besoin d’affirmation de soi, elle décide qu’il est temps de quitter le cégep et le cocon familial pour aller vivre sa vie là où tout est possible, c’est-à-dire dans la métropole.»  

Il y avait encore deux paragraphes, mais l’important pour le moment était là. L’Alice avait une certaine ressemblance avec Rosemary, voulait vivre selon ses propres règles et vivre à sa façon, montrant hypocritement à tous une version adorable et innocente d’elle-même avant de partir faire sa vie comme elle l’entendait… pour atterrir dans une version terrifiante et macabre d’Alice au Pays des Merveilles. Un monde qui semblait sans règle, sombrant dans le chaos et la débauche où la jeune fille, se croyant autrefois si différente du monde, allait devoir survivre et se trouver elle-même. Désirait-elle rester dans ce monde de folie où tout était possible, y compris le pire, ou revenir dans sa vie d’avant, se conformer à la société pour retourner à la vie qui lui était autrefois promise ?

Mais là où Alice était une sorte de brebis égarée se prenant pour un loup, il y avait aussi la Reine Rouge. La femelle alpha, la maîtresse suprême d’une société pourtant chaotique.

La question étant, Rosemary était-elle plus une Alice ou une Reine Rouge ? Une jeune fille guidée par ses illusions de grandeur ou une vraie psychopathe mégalomane ?... simplement se poser la question était dérangeant. On parlait d'une adolescente un peu compliquée, pas d'une folle furieuse. Arrête de délirer, ma grande... . Il fallait rester dans la réalité, pas l'univers déjantés et poussé à l'extrême de l'œuvre.

Dans tous les cas, Ary était fière de sa trouvaille. Le style de Sénécal était incroyable, et même s’il fallait du temps pour passer au travers du bouquin vu sa longueur (un peu plus de 500 pages pour le format poche), elle était persuadée que, si Rosemary faisait un minimum d’effort pour commencer à le lire, elle serait conquise… mais peut-être se faisait-elle des idées. Enfin, avoir trouvé ce livre était déjà une fierté en soi à son avis.

Le roman en mains, elle observa les alentours. Ah oui, maintenant qu’elle avait trouvé, il fallait… siffler….

Euh…

Ça ne pouvait pas être simplement « la première de retour avec un livre pertinent gagne » ? Siffler était vraiment nécessaire ? Ary sortit des rayons, cherchant de nouveau Rosemary des yeux. Qui sait, peut-être avait-elle déjà trouvé un bouquin et siffler sans que la violoniste ne s’en rende compte ? Elle jeta un coup d’œil au premier étage… non, aucune trace de la jeune fille.

Ary hésita quelques secondes avant de retourner dans un autre rayon, voir ce qui pouvait être intéressant pour elle en entendant que Rosemary trouve un livre. Ce n’était pas si grave si elle n’était pas sacrée gagnante. Quelques secondes passèrent, puis quelques minutes. Rien. Nada. Qu’est-ce que faisait Rosemary, bon sang ?

La Sonnen regarda autour. Elle était maintenant seule dans le rayon. Personne en vue. Ce qui signifiait… aucun témoin direct, non ? Non Ary, c’est une mauvaise idée…

Ces yeux passèrent du livre aux alentours sans signe de vie, puis de retour au livre, puis à rien en particulier.

Et elle siffla. Ary Liadan siffla dans une bibliothèque. La fin du monde était proche.

Le sifflement fut court, incertain et pas si bruyant que ça. Juste suffisant pour se faire remarquer. Si elle ne l’a pas entendu, je crois que je me tape la tête contre un mur jusqu’à tomber dans le coma…

Mais ce n’était pas le moment de penser à ça. Ary sortit du rayon et se dirigea rapidement vers l’étage inférieur, sentait des centaines de regards invisibles peser sur elle. Elle garda la tête légèrement baissée sur le chemin, évitant de regarder les autres élèves pour qu’ils puissent voir une certaine honte dans son visage. Aucun surveillant ne lui reprocha quoi que ce soit, personne ne semblait savoir qu’elle avait elle-même produit ce petit son dans un havre de silence.

Elle s’assit à une table tout proche de celle où les deux jeunes filles avaient débuté le jeu, lisant distraitement des passages de son roman au hasard (elle grimaça en tombant sur un passage un peu difficile pour l’estomac). Rosemary devrait arriver vite et le jeu serait terminé. Pas plus compliqué que ça.

Ensuite, la Sonnen pourrait retourner à ses affaires.

… pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosemary G.
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Ven 6 Fév 2015 - 15:26

[C'est la deuxième fois que j'entends parler de ce livre et il me dit décidément beaucoup, je vais essayer de me le trouver:heart: ]

Elle l'entendit.

Il était fin, léger, court et pressé, peu affirmé, mais – Ary avait sifflé !

Rosemary battit des mains comme une petite fille, laissant tomber par terre la bande dessinée au passage, et éclata de rire. Un Artiste venu prendre un ouvrage dans son rayon la regarda d'un air étrange, hésitant visiblement entre lui demander si quelque chose n'allait pas ou l'ignorer à tout prix. Il opta pour la seconde option, et Rosemary sourit à son dos tourné avant de ramasser V pour Vendetta, puis de le frôler au passage. Elle rejoignit Ary à la table et lui sourit de toutes ses dents.

- J'adore cet endroit, on dirait un énorme terrain de jeu. On échange ? A trois. Un… Deux… Trois !

Et Rosemary lui tendit V pour Vendetta, attrapant gloutonnement Aliss au passage.

Elle grimaça d'abord. C'était… long. Et elle n'avait jamais aimé lire (certes quelque chose d'étrange pour les Prederi dont elle se targuait d'être un membre). Ennuyée déjà, elle laissa ses yeux glisser sur le résumé.

« … Alice est une jeune fille curieuse, délurée, fonceuse et intelligente de Brossard. À dix-huit ans, poussée par son besoin d’affirmation de soi, elle décide qu’il est temps de quitter le cégep et le cocon familial »


- …Oh !

Voilà qui était plus intéressant que prévu ! Elle lança un regard admiratif vers Ary ; décidément, son air d'intello qui donne toujours les mêmes réponses n'était pas seulement fictif. Son esprit capable de récupérer n'importe quelles informations à partir du peu à sa disposition, faire des raisonnements logiques et déductifs pour en trouver d'autres… Voilà qui était impressionnant. Elle rebaissa les yeux sur le résumé.

« ...pour aller vivre sa vie là où tout est possible, c’est-à-dire dans la métropole.»


- Ca veut dire quoi métropole ? Et cégep ? Comment t'as deviné que je m'étais barrée de chez moi ?

Ca, ça l'intriguait plus que tout. Parce que, quand même – Ary ne pouvait pas savoir d'où elle venait. « Alice s'installe donc et mord à pleines dents dans la vie, prête à tout pour se tailler une place. » Et voilà. Elle était là et…. Où qu'elle finisse par atterrir, elle se taillait une place et mordait dans la vie, c'était exactement ça.

- Je t'aime bien. C'est rare que j'aime bien les gens, mais toi, je t'aime bien, tu n'es pas ennuyeuse, en tout cas pas encore. Viens !

Elle l'attrapa par le bras, et la tira derrière elle pour sortir de la bibliothèque.

- Mesdemoiselles, il faut que vous me donniez votre carte de bibliothèque, vous ne pouvez pas prendre les livres comme ça !

Rien à faire. De toute façon, elles étaient déjà parties.

Rosemary voulait savoir jusqu'où Ary irait.

- J'ai un nouveau jeu. On choisit entre faire quelque chose, ou répondre à une question en ne disant que la vérité et la stricte vérité. C'est toi qui commences.

Et elle fixa ses yeux impérieux dans les siens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ary Liadan
J't'emmène au vent
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 28/06/2014
Age : 21

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Sam 21 Fév 2015 - 18:53

[Sincèrement, je le conseille vraiment si tu as l'occasion de mettre la main dessus ^^ Ça a été un de mes romans (et auteurs) coup de cœur. Néanmoins, si tu pouvais lire 5150 rue des Ormes (aussi de Patrick Sénécal) avant, ça pourrait être intéressant vu qu'il y a un élément de l'histoire qui revient dans Aliss (et c'est assez particulier quand tu as déjà lu 5150 x)), mais je n'en dirais pas plus. ]

Une Rosemary sauvage apparut rapidement. Étrangement rapidement pour une fille qui semblait avoir passé un long moment à trouver quoi que ce soit avant qu’Ary ne se décide à siffler en fait. Bien sûr, elle avait elle-même dit qu’il fallait se dépêcher dès que l’une avait trouvé son bonheur (ou le bonheur de l’autre ?), mais tout de même. Pouvait-elle avoir soudainement trouvé un bouquin adéquat ? Ou peut-être en avait-elle déjà trouvé un mais désirait voir si elle pouvait trouver quelque chose de mieux. Ou bien…

Mais la jeune fille était arrivée à sa hauteur, Ary dû donc revenir au moment présent pour continuer leur « jeu ». D’ailleurs, le commentaire de Rosemary sur le fait que la bibliothèque ressemblait à un terrain de jeu lui tira une moue plus abattue que désapprobatrice. Une bibliothèque bon sang. Un lieu de savoir dans un ancien château accueillant des Artistes, comment pouvait-on en avoir une image aussi… basse ?

Enfin, c’était le moment d’échanger leurs trouvailles. La Sonnen ne pouvait s’empêcher de ressentir un mélange de nervosité et de curiosité. Qu’est-ce que Rosemary avait bien pu trouver ? Ary ne s’attendait pas à quelque chose de banal, cette fille avait bien prouvé qu’elle ne l’était pas. Et que penserait-elle de son roman ? Si ce n’était pas une grande lectrice, il y avait une chance qu’elle ne soit nullement intéressée par l’œuvre. Voilà qui briserait la fierté de la violoniste.

Quelques secondes plus tard, la demoiselle se faisait presque arracher Aliss des mains pour se retrouver, à sa très grande surprise, avec une bande-dessinée. Alors là, si elle s’y attendait… d’un côté, c’était bizarre mais, de l’autre, elle était plus qu’intéressée de savoir ce qui avait bien pu retenir l’attention de Rosemary. Sauf que cela pouvait bien attendre une petite minute. La réaction de sa « compagne de jeu », elle, n’attendrait pas. C’est donc sur cela qu’Ary se concentra.

Et, à sa grande déception, Rosemary n’eut pas tout l’air enjouée. Ce fut plutôt le contraire en fait. La Sonnen baissa les yeux, dépitée. Peut-être avait-elle visé trop haut. Elle savait qu’elle n’avait pas affaire à une grande lectrice en plus. Dire qu’elle était si contente de sa trouvaille…

-… Oh !

Ary releva brusquement les yeux. Se pouvait-il que… ? Oui ! L’expression de Rosemary avait changé. De l’intérêt brillait maintenant dans ses yeux. Ary eut un cri de joie intérieur, elle avait bien choisi finalement !

Bon, satisfaction personnelle mise à part, elle pouvait maintenant jeter un coup d’œil à la bande-dessinée le cœur tranquille pendant que Rosemary terminait de lire le résumé.

… Ah ?


Ce fut la première chose qui le vient à l’esprit en découvrant V pour Vendetta dans ses mains. Légèrement confuse, elle cligna des paupières. On pouvait dire que c’était un choix… particulier. Ary en savait quand même un peu sur cette œuvre, mais elle ne voyait pas vraiment pourquoi Rosemary pensait que ce serait particulièrement intéressant pour elle. Justement pour sortir de sa zone de confort ? Hum…

Eh bien, elle allait sans doute le découvrir par elle-même durant la lecture. Autant dire que sa curiosité était piquée au vif.

-Ça veut dire quoi métropole ? Et cégep ? Comment t'as deviné que je m'étais barrée de chez moi ?

Ary reporta son attention sur Rosemary, d’abord compréhensive que le québécisme du roman pouvait troubler… puis vraiment prise de court par sa dernière question.

-Je… j’avoue que je n’étais pas vraiment au courant, balbutia-t-elle, digérant l’information.

Alors elle avait fugué de chez elle !? Pour débarquer ici en plus ? Oui, Ary avait bien remarqué que la demoiselle n’avait pas l’air d’être la plus portée sur l’ordre et les règlements, mais elle ne s’attendait pas à ça. Surtout qu’elle ne semblait pas particulièrement vieille, au crépuscule de l’adolescence peut-être. Qu’en était-il de ses parents ? Avaient-ils la moindre idée d’où elle se trouvait ? Ils devaient s’inquiéter, bon sang ! Et le directeur était-il au courant de tout ça ?

Sauf que la violoniste ne se trouvait pas vraiment en position de poser toutes ces questions. Elle se contenta donc de les placer dans un recoin de sa tête et de répondre aux premières questions :

-Euh, une métropole, c’est la ville la plus importante d’un pays ou d’une province. Par exemple, en France, c’est Paris. Aux États-Unis, c’est New York… Pour le Québec, il me semble que c’est la ville de Montréal. Et le cégep, c’est une sorte de pré-université qu’on trouve au Québec. C’est un peu s’il y avait deux ou trois années d’études à faire après le lycée pour ensuite aller à l’université… le roman a été écrit au Québec, donc il y a quelques termes typiques de chez eux comme ceux-là…

Il était vrai que, maintenant qu’elle y pensait, cela pourrait un peu compliquer la lecture. Enfin, elle ne se rappelait pas que ça l’ait gêné tant que ça à l’époque.

-Ah, aussi… il y a certaines scènes assez gores, juste pour prévenir.

Pas qu’elle imaginait Rosemary particulièrement sensible (sans doute l’était-elle moins que la Sonnen elle-même), mais tout de même. Ary avait gardé quelques mauvais souvenirs de sa lecture. Rien qui ne l’avait empêché de poursuivre avec grand intérêt par contre.

-Je t'aime bien. C'est rare que j'aime bien les gens, mais toi, je t'aime bien, tu n'es pas ennuyeuse, en tout cas pas encore. Viens !

… merci ? Comment devait-elle le prendre au juste ? Bien. Peut-être. Sans doute. Elle n’eut pas le temps de se questionner plus qu’on la traînait hors de la bibliothèque. Au moins, elle savait maintenant que Rosemary la laisserait sans doute tomber à la seconde où elle la trouvera ennuyeuse. C’était bon savoir, bien qu’elle n’était pas sûre que ce qui la rendait « pas ennuyeuse » pour le moment.

La voix de ce qui devait être une bibliothécaire résonna derrière elles, mais Ary n’eut même pas le temps de s’excuser qu’elle et Rosemary étaient déjà loin. Ouais, ça allait faire une sacrée bonne première impression… elle allait devoir se rappeler d’aller enregistrer la bande-dessinée et de s’excuser platement dès que possible… et de s’assurer qu’Aliss reviendrait bien à la bibliothèque.

Regardons le bon côté des choses, elle avait maintenant une lecture qu’elle n’aurait sans doute jamais pensé à chercher… et une nouvelle, euh, amie ?

Enfin, Rosemary lui fit la grâce de s’arrêter. Sérieusement, se faire traîner par le bras on-ne-sait-où, ce n’est pas exactement la chose la plus confortable au monde. Mais, bien entendu, cela ne voulait pas dire qu’elle pourrait souffler…

J'ai un nouveau jeu. On choisit entre faire quelque chose, ou répondre à une question en ne disant que la vérité et la stricte vérité. C'est toi qui commences.

Un autre jeu. Encore. Elle n’allait décidément pas la laisser partir facilement, hein ? À moins qu’Ary ne devienne ennuyeuse à ses yeux, ce qui risquait d’arriver naturellement après un petit moment. En attendant, Rosemary n’avait toujours pas l’air d’accepter « non » comme réponse. Ary retient un soupir de désarroi.

Cette fois-ci, c’était action ou vérité donc… pas un jeu dont elle était particulièrement fan pour tout dire. Non seulement elle n’était pas douée pour trouver des défis, mais il y avait aussi le fait que l’utilité de ce jeu lui échappait. Échanger des ragots ? Humilier quelqu’un ? Mettre un joueur dans une situation gênante avec une question délicate ? Tester ses propres limites ? Elle n’en savait rien. Sans parler qu’on ne pouvait s’assurer que quelqu’un ne mente à une question…

Ce qui était possiblement encore plus vrai dans le cas de Rosemary. Néanmoins, si elle disait la vérité, Ary pourrait lui extirper quelques informations. Le danger était qu’elle reçoive un défi. Étrangement, elle n’avait l’impression que Rose n’y irait pas de main morte.

Enfin, elle n’avait pas vraiment le choix pour l’instant. C’était ça ou partir en hurlant… même si ce dernier choix était légèrement tentant mine de rien.

-D’accord… je choisis vérité dans ce cas…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosemary G.
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Lun 23 Fév 2015 - 22:27

[Je note, merci I love you ]

Paris, Etats-Unis, New York, Québec, Montréal… Tout plein de sonorités étranges qui promettaient des mondes entiers à découvrir. Il faudrait qu'elle aille partout dans cet univers-là – ensuite, elle passerait au suivant, pour ne pas s'ennuyer !

- Tu m'amèneras à Paris ? Ce serait tellement chouette, je n'y suis jamais allé…

Une trace, minime, de son Talent dans ses mots – en l'entendant, Ary devrait avoir envie de l'aider à avoir ce dont elle avait envie. Mais Rosemary n'appuya pas plus que ça sur la question ; elle était déjà, dans sa tête, passée à autre chose, sautant comme toujours du coq à l'âne à la vitesse de la lumière, et les effets de son Talent s'affadirent du même coup.

Vérité.

Rosemary fit la moue.

- Tu n'as pas l'air d'aimer jouer. On dirait que tu es tout le temps angoissée, alors que tu pourrais juste rire, courir et sauter.

Que ce puisse être vrai lui passait complètement au dessus de la tête. A quoi pouvait bien servir la vie si ce n'était pas pour s'y amuser ? Enfin – elle avait quand même accepté le jeu. Ça non plus, Rosemary ne comprenait pas – pourquoi dire oui quand on voulait dire non ? Oh, elle avait bien remarqué que les gens avaient toujours du mal à lui refuser ses petits caprices – mais même. Elle n'acceptait pas ce qu'elle ne voulait pas, bien qu'elle dise rarement « non » simplement parce qu'elle était toujours prête à essayer et découvrir de nouvelles choses.

Vérité, donc. Un moyen de se protéger ? Les gens choisissaient ce dont ils avaient le moins peur – Ary pensait donc avoir moins de choses à cacher, à révéler, par rapport à la peur de ce que Rosemary pourrait lui demander de faire.

Sûrement avait-elle raison.

Rosemary, qui ne se sentait aucune limite physique ou morale, préférait les gages, prête à faire n'importe quoi. Parler, c'était ennuyeux, parfois. Tout dépendait de l'interlocuteur et de ce qu'il avait à dire. Elle avait des choses à dire, mais elle préférait inventer des histoires.

- Moi, ce sera action.

Qu'est-ce qu'Ary pourrait bien avoir à dire ?

Elles se connaissaient à peine ; il y avait donc un milliard de questions à poser. Mais Rosemary voulait poser des questions intéressantes. Tu viens d'où, tu t'appelles comment, tu as quel âge, tu as combien de frères et sœurs… Ah, quelle importance, ces profils froids et vides ? Non, ce qu'elle voulait savoir, c'était jusqu'où Ary était prête à aller. A quel moment elle serait prête à arrêter de faire ce qu'on lui dit, de respecter les règles, de ne jamais faire ce qui est Interdit. C'était la secouer, et voir quels fruits tomberaient. Mais Rosemary n'avait que seize ans et était brute de décoffrage, elle agissait à l'instinct plutôt qu'en réfléchissant, et il lui était difficile de trouver la question la plus à même de l'amener à ses buts. Et puis, beaucoup dépendait aussi des réponses qu'Ary était prête à apporter. C'était facile, de donner une réponse sans intérêt pour détourner l'attention. Mais quelque chose dans le respect parfait des lois de ce monde que dégageait la jeune fille la portait à penser qu'elle ne tricherait pas. La blonde déblatéra :

- Si tu devais tuer quelqu'un, qui et comment ?

Ary était-elle seulement capable de se mettre dans la situation où elle ferait quelque chose d'inenvisageable, d'Interdit avec une majuscule ? Ou son petit air angélique était-il faux, et l'avait-elle déjà envisagé ?

Et si elle devait tuer quelqu'un – qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ary Liadan
J't'emmène au vent
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 28/06/2014
Age : 21

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Sam 21 Mar 2015 - 20:15

L’emmener à Paris ? Euh, ben… ok ?

-… d’accord.

Si Rosemary voulait visiter sa province natale, ce pourrait être chouette de lui faire découvrir l’endroit.

Ary n’eut même pas le luxe de se demander pourquoi un « Non ! » n’avait pas directement retentit dans son esprit. Déjà, c’était reparti pour un tour. Elle allait décidément être épuisée quand tout cela serait terminé.

Hum, Rosemary n’avait pas l’air très enthousiaste quant à son choix. Ary soupira intérieurement, s’il fallait en plus qu’elle fasse exactement le choix que madame voulait…

-Tu n'as pas l'air d'aimer jouer. On dirait que tu es tout le temps angoissée, alors que tu pourrais juste rire, courir et sauter.

Ses sourcils se froncèrent légèrement. Ne pas aimer jouer ? C’était un peu dur. Bien sûr, elle n’était pas la fille la plus ludique qui soit (son éducation stricte était peut-être en cause, va savoir), pas besoin de se voiler la face là-dessus, mais tout de même. Il n’y avait pas que le jeu dans la vie, ce que la jeune fille face à elle n’avait pas vraiment l’air de saisir. Quant à être tout le temps angoissée… autant dire que Rosemary en elle-même n’aidait sans doute pas. Et elle n’était pas « angoissée » non mais, inquiète plutôt. N’exagérons pas les choses. Mfhump.

-Si tu le dis…

Elle n’avait ni l’envie de lancer un débat sur sa condition de supposée jeune fille coincée, ni celle d’approuver les dires de l’adolescente.

En attendant, cette dernière avait fait le choix inverse. Comme quoi, l’une aimait se mettre en travers des plans de l’autre. Qu’est-ce qu’Ary pourrait bien trouver comme défi ? Surtout pour une personnelle comme elle qui n’avait pas l’air de connaître la honte.

-Si tu devais tuer quelqu'un, qui et comment ?

Quoi !?

Ary dévisagea son « adversaire » avec les yeux ronds pendant un instant. Alors là, elle faisait fort comme première question. À moins que ce ne soit l’habitude de commencer de cette façon, ce n’était pas comme si elle-même était une pro. Elle imaginait plus des « Tu en pinces pour quel garçon ? » et des « Laquelle d’entre nous tu préfères ? », des questions qui avaient comme principale vocation de rendre mal-à-l’aise la personne visée pendant que les autres la regardaient avec les yeux plus d’étoiles quoi.

-Si je devais tuer quelqu’un… murmura-t-elle pour elle-même, ayant quand même un frisson face à cette pensée plus que troublante.

« Je l’ignore » était ce qui lui venait à l’esprit, mais ce n’était sans doute pas une réponse acceptable. Elle allait donc sérieusement devoir réfléchir à la question. Tuer qui et comment ?

-Si quelqu’un essayerait de me tuer et que le tuer serait la meilleure option, je suppose que je le ferais avec ce qui me tomberait sous la main…

« Suppose » parce qu’on ne savait jamais vraiment comment on réagirait, voire si on serait simplement capable de réagir, dans ce genre de situation. En fait, dans son cas, si elle avait son violon tout près, son Talent pourrait la sortir de là. Mais là, elle prenait un cas particulier qui arrangeait bien son désir d’être morale autant que possible.



-Si j’avais à tuer, je prendrais quelqu’un qui le… enfin, peut-être pas qui le « mérite », mais… je ne sais pas trop comment expliquer. Un tueur en série par exemple, quelqu’un qui fait des victimes et qui devrait être arrêté. Ou un tyran. Quant à comment… une balle dans la tête je dirais.

Oui, ce n’était pas la plus fabuleuse réponse que Rosemary aurait pu recevoir, mais c’était la sienne.

Bon, c’était donc à son tour. Elle devait trouver un défi pour Rosemary, l’un des problèmes étant qu’elle était presque persuadée que l’adolescente était prête à faire n’importe quoi. Un autre étant qu’elle n’y voyait pas spécialement l’intérêt. À moins que cela puisse lui apporter une quelconque information sur l’étrange phénomène qui portait le nom de Rosemary.

Ary regarda autour d’elle quelques instants. Que pourrait-elle trouver d’un tant soit peu intéressant ? Ses yeux tombèrent sur deux garçons discutant ensemble à une certaine distance de leur propre position.

Hum…

-OK. Je te défie donc d’aller voir ces deux gars-là, elle les désigna d’un signe de tête, et de leur dire qu’ils ont l’air cool, sympas, intelligents, ce que tu veux dans ce registre-là, tant que tu les complimentes et leur flatte l’égo. Tu dois les complimenter au moins trois fois, tu as cinq minutes. Je vais rester un peu derrière pour écouter.

Ça pouvait sembler stupide, c’était le genre d’un défi qu’on donnait à une personne timide, ce que Rosemary ne semblait pas du tout être. Sauf que cela requérait aussi de mentir à la face de la personne sans grande préparation, et c’était exactement ce qu’Ary voulait voir.

Comment Rosemary se débrouillait pour mentir ?

Elle prenait le contrôle de la situation comme elle voulait, se fichait des règles et du respect des autres, qu’en était-il de ça ? L’une des premières choses qu’avait pensé Ary lorsqu’on lui avait « proposé » ce jeu, c’était si elle pouvait avoir confiance en les réponses qu’on lui offrirait. En fait, pouvait-elle avoir confiance en Rosemary tout court ? Elle en aurait peut-être une petite idée d’ici quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosemary G.
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   Jeu 26 Mar 2015 - 13:53

Rosemary aurait aimé un nom.

Oh, elle n'aurait pas su qui c'était – mais ça l'aurait amusé, d'entendre un nom passer les lèvres de la jeune fille, de se dire qu'il y avait une personne définie, avec un corps et une personnalité, associé dans l'esprit d'Ary à la notion de mort.

Mais Rosemary – bien que capricieuse et tapant du pied quand elle n'avait pas ce qu'elle voulait – aimait, avant tout, l'imprévu et l'inconnu. Être surprise, voilà qui impulsait en elle une montée d'adrénaline vertigineuse, colorait ses joues du même rouge que les roses de la reine de cœur, et dégageait son sourire pour dévoiler ses dents.

Tant mieux si la réponse n'était pas celle attendue.

Elle était par contre déçue d'elle-même – connaissant un minimum Ary, et la catégorisant si facilement dans les obéissants et les adeptes de la bonne conduite, elle aurait dû se douter que son amie donnerait une réponse générale et… bien sûr, juste et attendue.

Voilà qui lançait de bien jolis débats. La société posait des règles. Ceux qui les suivaient méritaient la vie, et les autres, il était un peu moins immoral de la leur ôter… Il y avait pourtant des sociétés où les règles étaient autres, où la mort pouvait être la règle et la vie l'exception. Ary aurait-elle survécu dans de tels univers ? Mais elle avait grandi dans une communauté qui la protégeait, dans une espèce de bulle où les lois de la survie n'étaient même plus mentionnées. A quoi d'autre s'attendre ? Rosemary ne l'attaquerait pas sur ce point. A la place, elle susurra :

- Tu as déjà pensé à rentrer dans la police ? Ça te conviendrait très bien.

Elle, tout ce qui concernait de près ou de loin l'autorité n'était pas pour elle – elle n'avait pas la discipline nécessaire pour tenir les rênes de quoique ce soit, chevaux inclus. Elle préférait ruer dans les brancards… Et c'était justement le moment d'un peu d'action. Rosemary sourit au défi d'Ary. Oh, ce qu'elle aimait les défis, ce qu'elle aimait sentir un instant une barrière éphémère qui tombait dans l'instant, ce qu'elle aimait faire ce qui n'avait pas de raison d'être fait ! Voilà ce qu'était la Vie.

Elle n'hésita pas un instant, et ne réfléchit pas une seule seconde au pourquoi du défi. Elle s'approcha des deux garçons, et engagea la conversation d'une manière tout à fait bateau :

- Salut, dites, vous avez pas une cigarette ?
- T'es pas un peu jeune pour fumer ?

Rosemary sourit, une main sur sa hanche.

- J'ai peut-être l'air plus jeune que je ne le suis. Et toi, avec un visage comme le tien, tu dois avoir… 20 ans ?

Age flatteur s'il en est. Si elle avait dû deviner, elle aurait dit un peu plus, mais ça ferait un point pour Ary. Il rit, flatté.

- Tiens.
- Merci.

Elle sortit son briquet, alluma sa clope.

- Et où peuvent donc bien aller deux jeunes hommes aussi cools que vous ?

Et de deux.

- Je rêve où on se fait draguer par une gamine ?
- Tu as quel âge ?
- Devinez. Vous êtes bien assez intelligents pour ça…

Et de trois.

- Dix-huit ?
- Tu rêves, elle est forcément mineure.
- Pas sûr.
- Je te dis que tu prends tes rêves pour des réalités.
- A elle de nous le dire.

Les lèvres de Rosemary remontèrent, son ego flatté. Prenant un air concerné, elle répondit :

- Oh, je ne voudrai pas être sujet de discorde entre deux bons amis… Oubliez-moi ! Je file.
- Non, attends…

Elle leur fit un signe de la main, toujours souriante, et revint vers Ary.


[ Hey Smile0 J'espère que ça te conviendra ! Si tu veux continuer le jeu, j'ai des idées pour la suite, mais comme le RP est assez long déjà, si tu préfères qu'on l'arrête bientôt on peut aussi Smile0 Après ce serait un plaisir pour moi d'en relancer un dans d'autres circonstances si tu en as envie I love you Bisous !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je suis ici chez Moi.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je suis ici chez Moi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chateau de Muzenn :: Rez-de-Chaussée :: Bibliothèque-