AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Teo Cioban
Taggeur Turbulent
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 30/01/2014
Localisation : Te-o, pas Te-ou !

MessageSujet: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Dim 13 Avr 2014 - 21:24

Teo jeta un coup d’œil à travers la grille, l’ombre du manoir s’imposant sous la lumière blafarde de la lune – pas de lampadaire, dans le voisinage, et c’était à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle… Teo poussa son skateboard du pied, et fit le tour. Une fois derrière le manoir, il s’arrêta, posa le skateboard contre la grille, jeta son sac à dos par-dessus, jusque-là lâchement posé sur l’une de ses épaules, et enjamba. Tag Time.

Secouant une bombe, Teo commença à peinturer le mur. Thomas l’avait accompagné, ce soir, mais sans savoir ce qu’il faisait là - il faisait la garde de l’autre côté, près à siffler si quelqu’un venait. Il était toujours partant lorsque Teo partait taguer Muzenn ou ailleurs – et encore davantage lorsqu’il s’agissait, soit de faire de l’art à des endroits inattendus, soit de taguer les propriétés privés des… grands propriétaires. Alors quand son ami avait proposé de taguer le manoir de Narjac, il avait évidemment été de la partie…

Ce qu’il ne savait pas, c’était que l’idée de taguer le manoir ne venait pas véritablement de Teo… mais du Réseau. Apparemment, Alexandre de Narjac se servirait de son Talent pour récupérer des œuvres d’art à… un prix que les vendeurs n’auraient certainement pas accepté autrement. Le problème était que son supérieur n’était pas certain de la nature de ce Talent et de la façon dont il s’y prenait – il avait ramassé certaines preuves, et une pile des bouquins de l’écrivain se trouvait sur son bureau. « Hey, qui a dit qu’on ne pouvait pas lire au boulot ? » Petite blague à part, puisqu’il n’allait certainement pas lire ces livres sans une… protection quelconque contre le pouvoir que pouvaient avoir les mots. Tout cela passait bien au-dessus de la tête de Teo, qui allait se contenter de mettre en place son périmètre, pour qu’ils puissent interroger Alexandre à leur aise puisque ça leurs chantait. Il dessina un dinosaure sur le point d’écraser une barrière – trois lignes verticales, une horizontale, puis il ramassa son sac, et fit le tour du jardin. Pas mal, le manoir, quand même.

De l’autre côté, se furent des feux d’artifice ; ils jaillissaient vers le ciel, nombreux, et – Thomas siffla.

Il n’avait pas terminé. Teo balaya la ligne d’horizon d’un geste rapide du bras – il avait l’habitude de faire des tags rapides, était incapable de dessiner quoique ce soit longtemps, son art demandant une certaine dose de réactivité et une capacité à filer rapidement si quelqu’un venait vers lui, mais ça restait un tag terminé dans l’urgence, et il grimaça. Jetant ses bombes dans son sac, il l’attrapa, se retourna, et…

Trop tard.

La personne était déjà là.

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Teo Cioban le Ven 23 Jan 2015 - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Narjac
L'Elephant avec une couronne
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Lun 14 Avr 2014 - 22:00


Il se retourna dans ma direction. Face à face, la surprise était visible sur ses traits, même dans la pénombre. Lui adressant un sourire presque malicieux, je lui fis une demande :

« Je n'aime pas les dinosaures, tu ne voudrais pas me faire un dragon, à la place ? »

Plus tôt dans la journée, ce cher Patou avait dû être emmené chez le vétérinaire. Une de ces maladies qu'attrapent les chiens. Pourquoi et comment ? Je n'en savais rien. Je donne ma langue au chat et Arsène n'est que rarement là.

Ce soir, j'étais éveillé malgré l'heure tardive. L'inspiration m'était venue, une histoire de masques, de comedia del arte. Encore une ébauche, mais un chef-d’œuvre s'annonçait. L'envie d'une cigarette dans l'air nocturne m'avait soudainement titillée et, choisissant d'y succomber, j'étais sorti. Intéressante idée au vu du spectacle qui m'attendait sur place. Couvert par les feux d'artifices, l'allumage de la cigarette était passé inaperçu et je m'étais approché pour observer l'artiste à l’œuvre.

Simplement vêtu d'un t-shirt et d'un jeans usé, ma chevelure emmêlée, j'étais loin d'avoir l'air d'un aristocrate propriétaire de manoir. Surtout à pieds nus sur la pelouse. Conservant mon allure nonchalante et l'air absolument pas concerné par ce qui était en train de se passer, je demandai :

« Tu veux boire quelque chose ? Ce n'est pas vraiment une heure pour discuter dans le jardin... »

Sans plus attendre, je me dirigeai lentement vers la porte de l'entrée de service, celle qu'utilisaient fréquemment Boris et le personnel de nettoyage ainsi que les cuisiniers qui étaient parfois amenés à officier au manoir. Nulle raison de s'inquiéter. Je n'étais pas seul à vivre ici et s'il m'arrivait quelque chose, on viendrait m'aider, ou je me défendrais. Quant au gamin, l'effet de surprise devait garantir qu'il fuirait ou me suivrait, l'action violente ne semblait pas vraiment être dans ses cordes.
Je me souvenais l'avoir déjà vu à Muzenn et il était peut-être un Artiste. En fait, il l'était sûrement. Ma demeure était trop éloignée pour qu'une personne du village vienne la taguer sans avoir une raison valable de le faire.

Point positif du lieu, la porte donnait sur une cuisine. Lieu où je pouvais fumer sans risque et qui était généreusement pourvu en nourriture et boissons diverses.

Spoiler:
 


Dernière édition par Alexandre de Narjac le Mar 1 Juil 2014 - 10:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teo Cioban
Taggeur Turbulent
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 30/01/2014
Localisation : Te-o, pas Te-ou !

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Mar 22 Avr 2014 - 19:01

Il s’attendait à… allons, un gardien, un homme de main, enfin, ces espèces de coffres ambulants en costumes qui protègent toujours les gens riches et célèbres et lancent des regards noirs à travers leurs lunettes noires à travers la vitre fumée noire de la limousine noire… Euh. Remarque, il s’appelait Teo, il avait vingt-trois ans, et la police lui avait ORDONNÉ de dégrader une propriété privée, alors les clichés, il pouvait faire une croix dessus, ou un tag, au choix… Alors en voyant le jeune homme, de son âge, en mode détendu, sa cigarette à la bouche, il explosa de rire.

- Je lui rajouterai des ailes en partant.

Il avait l’air… sympathique. Et de la maison – à demander un dragon, à lui offrir à boire, à passer par la porte de service, mais Teo restait quand même incertain sur son identité. Il ne réfléchit pas longtemps avant de le suivre : ses tags étaient finis, sa mission aussi. La raison voulait qu’il se méfie de lui, qu’il refuse l’invitation, s’en aille – mais l’autre garçon n’avait pas eu le moindre geste belliqueux, et s’il prenait ses tags avec humour, c’était bon signe. Il n’était vraiment pas contre boire un coup et avoir une conversation agréable… Après tout, qu’est-ce que ça pouvait bien faire ? Sa sympathie naturelle pour les autres prenait de suite le dessus. Il restait Teo, « cop » ou non. On n'était pas souvent inviter à faire le tour du propriétaire quand on taguait un lieu - le côté insolite l'attirait comme un aimant, et il avait envie de voir, sa curiosité piquée à vif.

- Y a beaucoup de gens qui habitent dans ce manoir ?

Il entra dans la cuisine, et sentit les murs lui signifier qu’il était dans son territoire. Les tags avaient bien fonctionné – et a priori, c’était bien un Manoir d’Artistes. Parfait.

Il siffla, impressionné.

- Si la cuisine ressemble à ça, j’imagine même pas le reste de la baraque…

Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Narjac
L'Elephant avec une couronne
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Jeu 24 Avr 2014 - 19:23


Impressionnante, la cuisine ? Peut-être. J'y passais rarement. Uniquement lorsque l'envie de me mettre aux fourneaux me prenait. J'étais plutôt du genre à oublier de manger, alors c'était bien d'avoir quelqu'un qui cuisine et me rappelle que je devais me nourrir, à l'occasion.

Ma cigarette toujours vissée sur mes lèvres, je farfouillai dans un casier contenant quelques bouteilles de vin, en attrapai un rouge australien ainsi qu'une paire de verres dans une armoire.

« Du vin, ça va ? »

Sans attendre sa réponse, je remplis les verres. S'il n'en voulait pas, je me dévouerais. Ce ne serait pas perdu. Ensuite seulement, les réponses franchirent mes lèvres.

« Je te ferai peut-être visiter, si tu es sage. Et, oui, j'ai quelques invités plus ou moins permanents. »

Faisons le point une minute. Ce jeune homme était probablement un Artiste. Il s'était introduit chez moi pour dessiner un tag. Certainement quelque chose lié à son Talent. Câpre pochée était-il derrière cela ? C'était bien le genre de chose dont était capable ce vieux renard... Il avait un humour plutôt particulier. Hum...
Une bouffée plus tard, j'enchaînais, allant presque droit au but.

« Tourner autour du pot est amusant, mais comme danse, je préfère le tango. Et, tu me pardonneras, mais tu n'es pas assez féminine pour faire une bonne partenaire. Si tu me disais plutôt ce que tu fais ici ? »

Toujours calme, serein. J'étais chez moi, en mon domaine. Je savais quelle porte était ouverte, quelle autre était fermée. Où se trouvait quoi ou qui. J'avais l'avantage. Aucune raison de s'en faire, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.


Dernière édition par Alexandre de Narjac le Mar 1 Juil 2014 - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teo Cioban
Taggeur Turbulent
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 30/01/2014
Localisation : Te-o, pas Te-ou !

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Mer 7 Mai 2014 - 17:53

- Du vin, carrément ! Je suis un invité d’honneur…

Alors il venait de confirmer qu’il était le propriétaire – et il n’avait pas l’air de (trop) lui en vouloir de s’être amusé sur ses murs. Cela dit, il entra pourtant rapidement dans le sujet – trop pour ne pas s’inquiéter un peu de sa présence. Prenant son verre, Teo s’installa sur un tabouret, s’accoudant à la table, et but une gorgée. Et ben ce n’était pas chez lui qu’il risquait d’avoir l’occasion de revoir un vin pareil, mieux valait en profiter… Il faisait des bulles bizarres, quand même. Il sourit à l'écrivain.

- T’inquiètes pas, je ne suis pas très tango. Plutôt hip hop en fait, on en fait pas mal avec mes potes… Et si tu aimes le tango, tu devrais venir voir Gab’ et Sonia, ils s’amusent bien tous les deux de temps en temps. Pas sûr que tu puisses danser avec elle, par contre.

Les deux étaient assez indécollables. Et Emilie ne dansant pas le tango, il lui faudrait trouver une autre partenaire… Il avait l’air serein, en l’écoutant, mais les questions restaient… demandeuses. Celles de celui qui est sur son territoire, qui est dans son bon droit, et qui le sait. Teo ne s’excuserait pas pour autant.

- J’suis là pour taguer. Comme t’as pu voir.

Sourire. C’était tellement… vrai. Et il aurait si facilement pu avoir l’idée de venir taguer cet endroit sans demande de la part du Réseau, que c’était facile, de parler. Thomas avait été tout de suite de la partie – lui aimait propager l’art spontané, l’art des rues, et se battait un peu contre l’art conventionné. Taguer le manoir d’un riche écrivain, c’était entièrement dans ses cordes.

- J’ai rien contre toi et contre les jolis manoirs, hein, mais j’aime bien dessiner sur les murs. D’ailleurs t’es pas du tout comme j’imaginais. Et si t’as rien contre les tags et que t’es pas du genre à pleurer dans les jupes de la police, ben… t’es le bienvenu à nos soirées, aussi. Encore plus si tu amènes le vin ! J’m’appelle Teo, au passage.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Narjac
L'Elephant avec une couronne
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Mer 7 Mai 2014 - 18:49


A l'entendre, il était exactement ce qu'il paraissait être. Mais il bluffait. Pas trop mal, je me devais de l'admettre. Il aurait même pu s'en tirer s'il avait eu quelqu'un d'autre face à lui, quelqu'un qui ne le connaissait pas. A chaque seconde qu'il passait en ma compagnie, pour chaque mot qu'il prononçait, j'en apprenais plus sur celui qu'il était réellement. Et cette histoire là était toute autre...
Ayant décidé d'y aller en douceur, je ne lui accordais tout d'abord qu'un sourire, restant affable, avant d'ajouter malicieusement :

« Allons, ne présume pas de mes talents, les mots m'ouvrent bien des portes. »

Il est bien plus facile de connaître le prix d'un homme lorsqu'on sait de quel bois il est fait. Personne n'est incorruptible, personne n'est infaillible. Néanmoins, s'il était un Artiste, ses tags avaient un effet précis, il me fallait en connaître l'effet.

« La police implique beaucoup trop de paperasse, cela m'ennuie. Non, quand j'ai un souci, je le règle par mes propres moyens. C'est souvent plus rapide et efficace. »

Petite pause, le temps de goûter ce vin tant vanté et de le laisser imaginer ce qu'il voulait. Pas mal. L'espagnol d'hier midi était meilleur, cela dit. Il faudrait que je dise à Boris d'en commander une ou deux caisses de plus.

« Bien, si tu m'en disais plus à propos de tes tags. Poseront-ils un souci à mes invités ? Et, puisque tu sembles aimer les demi-vérités, posons une question claire : qui t'envoie ? »

Non, je ne lisais pas dans ses pensées. Je ne connaissais pas non plus ses souvenirs. Et, à vrai dire, je lançais ces questions au pif, le tout en me basant sur ma déduction de départ : Il était un Artiste. Dans le pire des cas, je lui laisserai un mot pour qu'il se taise à propos de notre rencontre.
Cela me fit sourire à nouveau. Ce que je pouvais être têtu, parfois...


Dernière édition par Alexandre de Narjac le Mar 1 Juil 2014 - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teo Cioban
Taggeur Turbulent
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 30/01/2014
Localisation : Te-o, pas Te-ou !

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Mer 7 Mai 2014 - 22:06

Le regard de Teo se perdit dans la couleur de son vin, ennuyé. Oh, pas bien longtemps ; sa langue vint trop vite regoûter le breuvage, mais il avait un peu perdu son sourire.

- Tu joues beaucoup au policier, pour quelqu’un qui les trouve incompétents.

Il y avait des menaces, dans le ton d’Alexandre. La menace du Talent d’abord, et de tout ce qu’il pourrait faire avec ses mots. Celle de régler ses problèmes lui-même. L’interrogatoire ensuite. Teo n’avait pas réfléchi à ce qu’il pouvait lui faire, d’ailleurs, il était rentré en toute… confiance. Il était face à un jeune de son âge, après tout. Même s’ils venaient de classes sociales très, très différentes… Ils pouvaient quand même s’entendre. Teo avait tendance à éliminer les circonstances, à se contenter du présent, et à voir le positif partout. Petit naïf… C’était d’autant plus stupide que c’était un individu que le Réseau tenait à surveiller. Et pourtant, si c’était des histoires d’enchères et de triches, ça restait… des artifices légers et sans danger. Et puis ça ne le regardait pas, de toute façon, il n’avait rien à faire dans cette histoire, ni dans les histoires du Réseau ni dans celles d’Alexandre de Narjac, il voulait juste qu’on lui paie sa mission et basta.

- Alors qu’on s’en fout, non ? Moi je m’en fous, en tout cas. Mes tags ne font mal à personne et la soirée est belle.

Autant en profiter. Pas se casser la tête avec des questions débiles.

- J’ai besoin d’être envoyé par personne pour taguer un mur. C’est c’que j’fais. Tu t’es jamais baladé dans Muzenn ?

Pouvait-il, Prederi, lire les mensonges ? Teo regarda par la fenêtre, dans le noir de la nuit.

- Ton Manoir fait un bon défi – fin, je m’attendais à plus que des grilles, en fait, mais je ne sais pas si j’aurais pu, s’il y avait eu autre chose. Du coup, dragon ? Tu voudras qu’il crache du feu, aussi ?

S’il était venu spontanément avec Thomas, et qu’il s’était fait chopper… Il aurait compté sur l’humour de l’autre, oui. Et en son absence, il n’aurait eu aucun regret. Qu’est-ce que ça pouvait changer, qu’on lui ait grassement indiqué le lieu ? Si Alex voulait passer un bon moment, ils passeraient un bon moment. Sinon… Rien ne le retiendrait ici, une fois son verre de vin vidé !

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Narjac
L'Elephant avec une couronne
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Dim 15 Juin 2014 - 18:36


Il n'avait pas envie d'en parler ? Très bien. Je n'allais pas me prendre le chou inutilement pour des broutilles. Si je voulais la vérité, je finirais bien par la trouver, d'une manière ou d'une autre. Je bus une gorgée de vin et répondis.

« Comme tu veux. C'est aussi valable pour le dragon, suit ton inspiration. »

Et maintenant ? Il ne voulait pas parler, je n'étais pas pressé. Je n'allais quand même pas l'inviter à regarder un film. Avait-on seulement la télé dans cette maison ? Il faudrait que je songe à le demander à Boris, il était plus au courant de ce genre de chose que moi. Je croyais avoir aperçu un écran géant lors de mon dernier passage au salon, mais mon ordinateur et mon téléphone me suffisaient amplement niveau technologies.

« Bien, si tu ne veux pas des interrogatoires, que puis-je t'offrir d'autre ? C'est quand même dommage, je venais de finir d'aménager la salle de torture... Enfin, elle restera propre, au moins. »

S'il ne s'enfuit pas en hurlant de terreur, je suppose que ça prouvera qu'il a un minimum d'humour. Et s'il n'en a pas, je n'aurai pas eu besoin de l'inviter à partir. Mon esprit génial à l'oeuvre, mesdames et messieurs. Et pour ceux qui se poseraient la question, non, bien sûr que non, je n'ai pas de salle de torture au manoir. Pas au manoir.


Dernière édition par Alexandre de Narjac le Mar 1 Juil 2014 - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teo Cioban
Taggeur Turbulent
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 30/01/2014
Localisation : Te-o, pas Te-ou !

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Lun 16 Juin 2014 - 16:53

- T’es vraiment sympa, pour un proprio de manoir.

Il avait un humour noir, cynique, qui donnait envie de le suivre dans des histoires abracadabrantes, d’y croire jusqu’au bout, de l’y suivre, et c’est ce que Teo fit avec plaisir.

- Me ferais-tu l’honneur de me faire visiter ? Ce serait quand même dommage que personne ne pose les yeux sur ta salle de torture et tes aquariums de vers de terre, si tu viens de la terminer. Et puis, j’ai jamais mis les pieds dans un endroit si...

riche.

- …grand, je crois. Ça donne le tournis. Ou alors c’est le vin, va savoir !

Il rit.

- Non, sérieusement, comment est-ce qu’on peut avoir la chance de vivre dans un endroit pareil ?

Est-ce qu’il l’avait eu grâce à son talent d’écrivain, à écrire des livres et réussir à gagner assez bien sa vie pour vivre ici ? Ou était-ce un héritage, qui lui était tombé dans la poche sans qu’il n’ait besoin de bouger le petit doigt ? Si c’était lui, qui avait eu une sœur malade – il aurait pu payer ses traitements sans changer de train de vie. Il aurait pu lui offrir le meilleur, peut-être l’aurait-il soignée, déjà… Bah ; il avait sûrement d’autres problèmes. Et maintenant, Teo se remplissait les poches en taguant – que demander de plus ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Narjac
L'Elephant avec une couronne
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Jeu 19 Juin 2014 - 18:18


Il avait l'air d'avoir une opinion assez arrêtée sur les propriétaires de manoirs. Étrange. Enfin, non, il devait certainement penser que j'appartenais à cette caste de gens qui sont nés avec une cuillère en argent dans la bouche.

« Ce n'est pas une question de chance. Je suis né dans une famille avec nom aristocratique, mais plus pauvre que beaucoup de roturiers. J'ai gagné tout ça grâce à mon art, en produisant des romans assez bons pour que les gens les achètent et en ne me reposant pas trop sur mes lauriers. »

Une sacrée vérité. La preuve que pour certains, bosser comme des forcenés finissait par payer. Ce n'était pas le cas de tous, mais certains vivaient le rêve. Tout ça me rappelait une citation : "Tu sais ce que j'ai fait après avoir écrit mon premier bouquin ? J'ai fermé ma gueule et j'en ai écrit 23 de plus."* Elle résumait bien la situation. Sur ce.

« En avant pour la visite ! »

Juste le temps d'écraser ma clope dans un cendrier qui traînait, de finir mon vin et nous étions partis par la porte donnant sur un couloir qui menait à la salle à man... Ah non, c'était le salon. Bon bah...

« Voici le salon. »


*Michael Connely (in Castle).


Dernière édition par Alexandre de Narjac le Mar 1 Juil 2014 - 9:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teo Cioban
Taggeur Turbulent
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 30/01/2014
Localisation : Te-o, pas Te-ou !

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Lun 23 Juin 2014 - 18:07

Il avait gagné tout ça en écrivant.

- Si l’écriture paye autant, je vais m’y mettre aussi…

C’était assez incroyable. Le fait qu’Alex ne soit pas né dans cette demeure collait avec l’image que Teo avait commencé à se faire de lui, à le voir si détaché de sa richesse, si… détendu. A sa place, bien sûr, il n’aurait pas acheté un manoir avec cet argent là, mais chacun ses priorités, et il ne souhaitait à personne d’avoir les siennes. Teo suivit son hôte, et lorsqu’il s’approcha d’une porte, prêt à tourner la poignée, Teo activa ses tags – fit tourner le manoir, dans sa tête, sentant que les murs lui appartenait. C’était un coup de tête, sûrement stupide, mais il avait pris la décision en une demi-seconde – simplement parce que ça l’amusait, d’avoir le droit à une visite guidée et que le propriétaire ne sache pas où il allait… Alex ne tiqua même pas, et Teo sourit avant de s’engouffrer dans la première salle – salon, donc – et de tourner d’un air complètement émervéillé. Il n’avait véritablement jamais mis les pieds dans un lieu pareil. Il suivit son hôte, regardant curieusement le manoir, les salles qu’Alex lui faisait nonchalamment découvrir. Est-ce que le Réseau lui permettrait un jour de rapporter assez pour sa sœur ? Parce que, quelque part, il faisait la même chose qu’Alex – se remplir les poches grâce à son Talent. Tiens, c’était amusant que le Réseau souhaite empêcher Alex de le faire, de tricher aux enchères (s’il le faisait vraiment), mais n’ait pas de scrupule à utiliser Teo pour leurs propres objectifs… Enfin bon, pas son problème.

- Ça fait combien de temps que tu vis ici ? Tu fais quoi, à part écrire ? T’as ta famille, ici ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Narjac
L'Elephant avec une couronne
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Mar 1 Juil 2014 - 9:40


Ah ah, devenir riche en écrivant, la bonne blague... Euh... Oublions cela.

« En fait, si tu veux gagner gros et vite, je te conseille plutôt la peinture. Le rapport temps investi/gains est plus intéressant. »

Nous nous baladions à travers le manoir, suivant un enchaînement de couloirs que je n'avais jamais dû emprunter depuis. A moins que tout cela ne soit de son fait. En fait, lorsqu'une porte du rez-de-chaussée déboucha sur ma salle de bain au troisième, je me dis que quelque chose clochait.

« Ça fait un moment. Je fais un peu de mécénat, je collectionne les œuvres d'art et je profite de la vie. Et j'essaye d'acheter le château d'un vieux fou qui s'y accroche comme un gosse à sa mère... »

Il posait beaucoup de questions, mais n'en dévoilait que très peu sur lui. Comme s'il menait sa petite enquête. Et même si je ne connaissais peut-être pas chaque passage du manoir, j'étais certain que les chemins empruntés étaient impossibles. J'étais sobre, j'avais dormi suffisamment, m'étais nourri et avais évité les substances douteuses, une seule conclusion possible : Il y avait un Talent à l'oeuvre.
Vraisemblablement le sien ou celui d'un acolyte resté à l'écart, peu importait, il fallait juste que cela cesse.

« Tu peux arrêter de faire ça. Je commence à avoir le mal de mer. »

Ce n'était pas une question. Même si le ton restait calme et posé. Nulle raison de s'énerver, j'étais toujours en position de force. C'était mon manoir et même si l'enchaînement des salles était douteux, je connaissais le contenu de chacune d'entre elles. Au pire, je pourrais toujours porter plainte et compter sur la justice de ma famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teo Cioban
Taggeur Turbulent
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 30/01/2014
Localisation : Te-o, pas Te-ou !

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Dim 13 Juil 2014 - 18:23

- Peinture. Ecriture. Le quoi n’est pas important, au fond. D’autres diraient que ce n’est pas l’art qui rapporte le plus. Cela dit, pour être avocat, juge et homme d’affaires, faut être blindé d’études, donc bon.

Le gars voulait racheter un château. Carrément.

- T’as pas mieux à faire de ton argent qu’acheter des bibelots et des châteaux ? Un manoir, ça suffit pas, pour vivre ?

T’as pas des gens à rendre heureux ? Pas de sœur à l’hôpital, ça tant mieux – mais personne que tu puisses aider avec tout cet argent, au lieu de vivre dans de grandes salles inutiles ?

- Ça te transporte vraiment de joie, de collectionner des trucs ?

Il était perplexe.

- J’ai jamais vraiment compris cette manie d’accrocher des tableaux aux murs et de dire qu’ils valent mieux que ce que peuvent faire d’autres gens qui n’ont pas eu la chance de naître avec des tonnes de relations… Et encore moins la manie de vouloir absolument avoir l’original de Machin Truc, alors que si c’est juste pour faire joli, une copie, c’est pareil non ? Qu’est-ce que ça peut faire ?

Il désactiva son Talent, et Alex sembla satisfait en arrivant là où il pensait se rendre.

Salle de billard.

Teo zieuta sur les bâtons.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Narjac
L'Elephant avec une couronne
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Dim 13 Juil 2014 - 19:27


Il n'avait pas tort sur certains points. Effectivement, l'art n'était pas une source de revenus des plus fiables. Il était juste une manière plaisante d'en produire lorsqu'on en avait les possibilités, lorsqu'on avait du talent, avec un petit "t". Quant à l'usage qu'on en faisait, c'était un point un peu plus complexe.

« Ce n'est pas n'importe quel château. Celui-là représente plus que le tas de pierre qu'il est sur le plan physique. C'est un symbole. Le château de Muzenn...  »

Le symbole d'une victoire son mon vieil adversaire. Malheureusement, je désespérais de l'emporter avant que le temps ne le rattrape. Et gagner dans ces circonstances ferait perdre tout son charme à la chose. Bien qu'il soit hors de question qu'un Tresadenn ou même un membre d'une des autres familles en obtienne le contrôle. Ce château serait mien.

« Quant aux autres manière d'investir mon argent, c'est problématique. Je pourrais investir dans les oeuvres de charité, soutenir une bonne cause, mais laquelle ? Comment se regarder en face lorsqu'on considère qu'une bonne cause est plus importante qu'une autre ? Lorsque les moyens ne permettent pas d'aider tout le monde, sur quelle base peut-on décider d'aider les uns plutôt que les autres ? »

Il fut un temps où cette réflexion me donnait des nuits sans sommeil. C'était un problème sans réelle solution. Surtout lorsqu'on savait que j'avais besoin de conserver une partie de mes moyens pour mes propres projets. Je faisais vivre des artistes et mettais mon manoir à disposition de ceux qui me semblaient avoir du potentiel, n'était-ce pas déjà une bonne chose ?

« Si tu avais cet argent, toi, qu'en ferais-tu ? »

Mon instinct, ou peut-être mon Talent, me disait que c'était la bonne question à poser. Celle qui ouvrirait les portes d'autres choses dont la profondeur comme l'intérêt seraient plus grands.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teo Cioban
Taggeur Turbulent
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 30/01/2014
Localisation : Te-o, pas Te-ou !

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Mar 29 Juil 2014 - 19:07

Teo attrapa l’un des bâtons, et commença à placer les boules sur le tapis.

Il ne comprenait pas l’importance qu’Alex mettait dans le Château de Muzenn – ça avait toujours fait partie du décor local, comme la boulangerie du coin et la crêperie du bas de la rue. Il ne se posait jamais la question d’à qui il appartenait, ou combien il coûtait – il était là, tout simplement.

Le raisonnement d’Alex sur sa façon de dépenser son argent fit exploser Teo de rire – vraiment ? Il y a trop de bonnes causes alors je préfère ne participer à aucune ? Le pensait-il vraiment, était-il si monstrueux que ça ?

- Ouais. Y a plein de bonnes causes. Y a les gens qui crèvent de faim, y a les gens à la rue, y a les gens qui sont malades, y a l’environnement. Si personne n’aide personne parce que « si je t’aide je ne pourrais pas aider quelqu’un d’autre », où va-t-on ? Le critère, c’est toi qui le choisis, en fonction de ce vers quoi tu sens plus de sympathie.

Il se retint d’ajouter qu’Alex n’avait pas l’air d’en avoir beaucoup, ça aurait été déplacé. Après tout, il était invité.

- L’important c’est qu’au final, tu tends la main à quelqu’un.

Teo tapa dans les boules, les éparpillant partout sur le tapis, puis tendit le bâton à Alex. Que ferait-il, lui ? Il sourit en répondant, léger.

- Moi, mon critère, c’est pas une cause en particulier, c’est d’aider les gens qui sont directement autour de moi, comme je peux, avec ce que j’ai. Ma famille. Mes amis. Les inconnus qui croisent ma route. Si on frappe à ma porte et qu’on me demande un toit pour la nuit, ben je laisse entrer. Mais j’vais pas chercher à trouver tous les mendiants du coin pour essayer de les loger, non plus. C’est un peu à eux de se prendre en main, aussi. Agir à son échelle. Comme on peut. Qui on peut. Les proches d’abord. Si tout le monde essayait d'aider les gens autour d'eux, y aurait beaucoup moins de gens seuls dans la merde.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre de Narjac
L'Elephant avec une couronne
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Dim 31 Aoû 2014 - 19:10


Je le laissai égrainer ses petites histoires. En vérité, j'avais besoin de cet argent et je l'avais mérité. Actuellement, je l'utilisais. Lorsque je serais vieux et bien trop riche, je le céderais volontiers à qui en aurait besoin. Cela dit, il avait également ses raisons et, plutôt qu'arguer inutilement à ce sujet, je pris la queue de billard et ajustai mon tir tout en lui répondant par deux mots plus énigmatiques.

« La famille...  »

Dans un choc sonore, la boule blanche expédia la numéro 5 dans l'un des trous. Je posai le bâton sur le sol, comme je tiendrais une lance et demandai :

« ... la mienne est réduite à une peau de chagrin, mais je contribue à son bien être. Qu'en est-il de la tienne ?  »

Lorsque je l'avais cerné, ce mot était apparu comme ayant une plus grande importance. Si j'avais dû créer le personnage de Téo comme protagoniste d'un roman, j'aurais noté "famille" et l'aurais souligné plusieurs fois. Quels développements cela pouvait-il avoir ? N'était-il qu'un brave garçon, caché sous une couche de rébellion adolescente, qui faisait les courses en rentrant et préparait le repas d'une famille nombreuse ? Le genre qui bossait pour soulager les siens et leur donner un minimum de confort ? Ou, au contraire, sa famille n'était-elle que trahisons et coups bas, ombre de celle régnant sur Ambre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teo Cioban
Taggeur Turbulent
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 30/01/2014
Localisation : Te-o, pas Te-ou !

MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   Lun 1 Sep 2014 - 12:33

Teo sourit ironiquement, alors que la balle tombait dans l’un des trous.

- Félicitations.

Alex contribuait au bien-être de sa famille – et bien, c’était bien le moins qu’il pouvait faire ! On aurait dit qu’il s’y trouvait une bonne conscience, mais qu’il se trouvait dépourvu de sentiments. C’était perturbant.

Et il posait beaucoup trop de questions.

Il tira encore quelques balles, puis Teo récupéra la queue. Il observa le tapis, sans bouger.

Ses amis n’en posaient pas autant – ce qu’ils savaient, Teo le leurs avait dit spontanément, sans aucune approche de leur part, et vice versa. Et les inconnus… La plupart n’avait que faire de la vie des autres. Ils posaient deux trois questions rituelles, écoutaient à peine les réponses, blablataient sur leur propre vie. Dans le discours des autres ils ne cherchaient que ce à quoi ils pouvaient se raccrocher pour se mettre en avant – un point en commun, et ils partaient dans des anecdotes sans fin, sans aucune curiosité sur la façon dont ce petit point avait été vécu par l’autre.

Mais lui.

Lui, il cherchait. Il cherchait à savoir, tâtonnant de la pointe de sa curiosité. Et Teo n’arrivait pas le moins du monde à cerner ses intentions.

- La mienne n’habite pas loin. Je te la présenterai, à l’occas’ !

Il laissa le bâton appuyé contre le billard, laissant le jeu là où il était. Il n’y aurait pas de gagnant ou de perdant ce soir – il montrerait son jeu une prochaine fois.

- Bon, et c’est pas que j’aime pas ton manoir, mais je vais rejoindre mes propres pénates. J’te laisse mon num’, si un jour t’as besoin de repeindre les murs de ta salle de bains j’peux te faire des trucs pas mal, t’as qu’à appeler !

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand le chien est malade, les souris grignotent les murs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (q) déplacement du "dernier message" quand on passe la souris dessus.
» Ralentir défillement et arrêt quand la souris passe sur le lien
» Mettre un ovale quand on passe notre souris sur un forum / catégorie
» Déplacer un perso vers un objet par un click de souris
» Ma souris se fige sur mon écran

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Muzenn :: Alentours :: Le Manoir-