AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Come on and run !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rhea Llewellyn
Punk Attitude


Messages : 9
Date d'inscription : 09/01/2015

MessageSujet: Come on and run !   Lun 12 Jan 2015 - 0:03

Rien valait la galerie marchande pour dégoter des pigeons. Tout ce qui lui manquait, c’était un peu de hauteur pour se mettre en valeur. Tapant une caisse de bois vide à l’arrière d’un camion de livraison de fruits et légumes, elle courut jusqu’à l’intersection la plus proche et l’envoya par terre avant de grimper dessus en y claquant des talons. Une poignée de visages se retournèrent aussitôt vers elle, la détaillant de la tête aux pieds, des épaulettes au bustier rouge, puis de la jupe noire aux bas résilles. Haha, dans la poche ! Levant les bras, elle leur offrit un sourire éclatant en leur tirant son chapeau.

-Mesdames et messieurs, l’heure est au spectacle ! Y aurait-il un volontaire ? Vous, mademoiselle, aimeriez-vous voir de la magie ?


Une fille d’à peu près son âge s’agrippa au bras de son fiancé, timide et hésitante. Trop facile. Rhea descendit de son estrade improvisée et tendit sa paume ouverte.

-Vous avez une jolie bague, puis-je la voir de plus près ?

Les mots coulaient sur sa langue, doux, suaves, et en moins de deux, le bijou reposait au creux de sa main. Satisfaite, elle examina le diamant avant de reprendre sa place.

-Maintenant, sous vos yeux ébahis, je vais la faire disparaître.

La foule retint son souffle alors que les doigts se refermaient autour de l’objet, et d’un mouvement de poignet, ils se rouvrirent sur du vide. Des murmures étonnés s’élevèrent tandis que la pauvre fille gloussa en serrant la manche de celui qui avait sûrement payé le prix fort pour la pierre. Bah, ils étaient ensemble, c’était l’essentiel, non ? Ça leur ferait des histoires à raconter à leurs mômes plus tard. D’un balancement de tête, les couettes de Rhea s’agitèrent alors qu’elle remontait son sourire pour la forme. Tout le monde attendait le retour de la bague, mais c’est une petite boule bleue qui s’imposa entre son pouce et son index. Des sourcils se froncèrent, intrigués, et elle reconnut le regard sceptique de l’un d’eux. Putain, un flic habillé en civil ! Les deux bougèrent au même instant, l’homme pour atteindre la première rangée, et Rhea pour disparaître dans un nuage de fumée en lâchant la boule. Se dérobant de justesse à la main lui frôlant le bras pour le lui choper, elle détala à toutes jambes. Elle l’entendait hurler, sans doute pour lui crier d’arrêter, mais hors de question de se retourner.

Merde, merde, merde…

Il gagnait du terrain, et rien d’étonnant avec la jupe et les talons qu’elle se coltinait. Tournant le coin d’une rue, elle tira une poubelle derrière elle dans l’espoir qu’il se casse la gueule en se prenant les pieds dedans. Manque de pot, il la contourna ou l’enjamba car aucun fracas ne résonna dans son dos. Arrivant devant le salon de coiffure et voyant un homme en sortir, elle se mit à hurler en criant à l’aide. L’inconnu compris très vite la situation puisqu’un « Laissez-moi passer ! » éclata derrière elle. Consciente qu’il ne s’agissait que d’un délai, elle se planqua dans la première ruelle en vue, zigzagua entre deux sacs à ordure et tomba sur un type occupé à dessiner des graffitis sur le mur.

-Hé, toi !

Sautillant sur un pied, elle réajusta sa chaussure et jeta un regard par-dessus son épaule. La voix du flic se rapprochait.

-Il va vraiment me coller au cul jusqu’à la fin…


Elle souffla, agacée, et d’une main posée sur sa hanche, se retourna vers l’autre type.

-Vingt balles si tu me sors d’ici. Trente si tu le fais dans les dix prochaines secondes.

Avec ou sans réponse, elle s’enfuirait une fois le temps écoulé. Tenter sa chance avait ses limites, elle avait sa peau à sauver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teo Cioban
Taggeur Turbulent


Messages : 69
Date d'inscription : 30/01/2014
Localisation : Te-o, pas Te-ou !

MessageSujet: Re: Come on and run !   Lun 12 Jan 2015 - 11:53

Doucement, voilà…

Un bruit métallique, d'un côté puis de l'autre, alors que le liquide passait du fond de la gourde vers son autre extrémité, au rythme régulier du mouvement du poignet de Teo. La peinture mélangée, il redressa la bombe, posa l'index sur le dessus, et appuya lentement, bougeant du même coup son bras en va et viens le long du mur, qui doucement perdait sa blanche pour s'iriser de bleu.

La mouette apparut en quelques secondes alors qu'il retirait le calque, au dessus de vagues triangulaires qui s'enroulaient dans un tourbillon violent. La mer inondait la ruelle.

Aux aguets – toujours quand il s'adonnait à ce genre d'activités illégales – il tourna immédiatement la tête en entendant les talons se rapprocher rapidement. Il leva les sourcils d'un air surpris en voyant la fille débarquer ; en entendant le son des chaussures, il s'attendait plutôt à une minette en tailleur, ou à une adolescente surmaquillée et mal dans sa peau, pas à… pas à une punk.

Un.

Entendant la voix de celui qu'il devinait être un policier, Teo hocha la tête, se débrouilla pour tenir bombe et calque dans la même main, attrapa son skate et se lança vers l'autre côté de la ruelle, tout en répondant du tac au tac :

- Franchement, t'étais pas obligée de me les mettre aussi sur le dos, sérieux…

Deux.

Bon, cela dit, il n'y avait pas dix milles ruelles dans lesquelles se réfugier à Muzenn. Pas surprenant qu'elle lui tombe dessus.

Trois.

- Par là.

L'attrait de l'argent était une motivation extrêmement bien choisie pour lui venir en aide (les oreilles de Teo se dressaient dès qu'il avait l'occasion de se mettre un rond en poche), mais sans cela, le fait qu'il soit lui-même en situation… disons, inconfortable, aurait suffi à ce qu'il l'accompagne dans sa fuite.

Quatre.

En skate, ça va vite, d'arriver au bout d'une mini-ruelle d'un village breton.

Cinq.

Moins en talons.

Six.

Arrivé au coin, il se retourna vers la fille qui le suivait de près, et lui lança :

- Attends-moi juste… Me reste quoi, trois secondes ?

Sept.

Il posa le calque, appuya sur la bombe, foutu de la peinture partout. Pas le temps de réfléchir, pas le temps de se demander si ça allait fonctionner - il devait croire qu'elle croirait en lui en voyant son absence totale de doutes, qu'en venant à lui elle lui avait demandé un miracle. Pas de questions. On fonce.

Huit.

Le policier – ou civil, en fait, apparemment c'était la justice privée à ses trousses -, endurant, était juste derrière eux et leurs fonçaient dessus.

Neuf.

- Gauche !

Teo sortit de la ruelle.

Ils n'étaient plus en vue.

Normalement… Il aurait suffit au mec de tourner le coin de la rue pour leurs tomber dessus. Il avait quoi, deux secondes de retard sur eux ? Il les aurait rattrapés sans aucun mal. Mais quand il arriva au bout de la rue, et tourna pour leurs tomber dessus… Il se retrouva soudain à côté d'un tag d'une mer déchaînée. Une mouette solitaire criait au dessus. Devant lui, le bout de la ruelle dont il était sorti quelques instants plus tôt, et une autre mouette qui criait un rappel.

- C'est quoi ce bordel ?

Teo et Rhea l'entendire crier au loin, et Teo sourit de toutes ses dents.

- J'suis dans les temps, j'pense.

Il lui tendit sa paume.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhea Llewellyn
Punk Attitude


Messages : 9
Date d'inscription : 09/01/2015

MessageSujet: Re: Come on and run !   Lun 2 Fév 2015 - 18:34

Elle tombait comme un cheveu sur la soupe, elle s’en rendait bien compte. Il ne fallait pas être sorcier pour comprendre que sa présence le coupait court dans son relooking de la ruelle, mais elle s’en fichait comme de l’an quarante ; la priorité était de tirer de là le plus vite possible, pas le temps de faire dans la dentelle. Elle l’aurait d’ailleurs insulté de le voir filer sur son skate s’il ne lui avait pas adressé un hochement de tête au préalable. Tête qui manquait sacrément de jugeote, ou qui allait payer cher pour sa moquerie. Maugréant de ne pas sprinter comme elle le voudrait dans son costume de cirque et ses talons, elle arriva au coin quelques secondes plus tard et écarquilla les yeux devant la réapparition du kit à graffitis.

-T’es timbré, c’est pas le moment !


Un flic aux trousses et monsieur voulait laisser sa marque de passage ? Il avait un petit pois à la place du cerveau, celui-là, et Rhea ne comptait pas rester dans les parages pour en obtenir confirmation alors qu’un séjour en prison l’attendait au tournant. Sans rancune, mais à moins que son bariolage de mouette ne produise une barrière entre eux, à la revoyure, étranger. Sans réfléchir, elle s’apprêta à tourner à droite quand la voix dans son dos lui indiqua la gauche. L’hésitation du chemin à prendre s’envola et ses pieds pivotèrent vers la direction mentionnée. Elle voulut continuer à courir, fuir très loin jusqu’à entendre ses oreilles vibrer et son souffle lui manquer ; tout pour se tirer de cette galère.

Ce fut l’écho lointain du juron du policier qui la freina en se répercutant dans sa propre tête. Elle se retourna sans comprendre. N’était-il pas plus près ? Personne ne se paumait dans un chemin à sens unique, pourtant le temps s’écoulait et il ne les rattrapait pas. Près d’elle, la venue d’un sourire sur les lèvres de l’inconnu lui mit la puce à l’oreille, et l’arrogance de sa remarque la fit pouffer de la même manière qu’on balaie une mauvaise blague d’un revers de main.

-J’ai pas le fric sur moi, là.


Haussant les épaules, elle désigna sa tenue dénuée de la moindre poche et lui décocha un regard par en-dessous, le défiant de confirmer, comme si elle cherchait à lui prendre la main dans le sac. Puis elle détacha ses cheveux avec la lassitude d’une fille qui rentre de soirée, prête à se glisser sous les couvertures sans même jeter un coup d’œil à son allure. Ses doigts démêlèrent un nœud au bout d’une mèche et enfilèrent les deux élastiques autour d’un même poignet. La mascarade terminée, elle préférait éviter de s’attarder dans le coin, tour de magie ou non. Si les années lui avaient appris quelque chose, c’était d’éviter de pousser sa chance. Les téméraires se faisaient toujours attraper les premiers.

-La crêperie bretonne, tu connais ? Je dois y retrouver des potes, après-demain. Si t’es là à midi, je te paie pour services rendus, et si tu te pointes pas, ravie de t’avoir connu.


Midi parce que Diego ne se tirait jamais du lit avant cette heure-là, et que de se faire une bouffe sans le fêté n’avait aucun sens. Kyle arrivait souvent en retard ces derniers temps en plus. Cet idiot ne connaissait aucun autre moyen de lui rendre la monnaie de sa pièce pour accaparer la salle de bain qu’il verrouillait à chaque fois sous prétexte d’intimité. Ces enfantillages multiplièrent les soupirs de Rhea au tout début, avant qu’elle ne déniche la technique de la claque à l’arrière du crâne pour l’un, et du coup de poing sur l’épaule pour l’autre. Qui plus est, d’ici deux jours elle vendrait la bague, mettrait de côté pour le loyer et Wonder Boy ici présent, puis achèterait un cadeau avec la balance. Ouais, bon plan.


Dernière édition par Rhea Llewellyn le Ven 6 Mar 2015 - 14:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teo Cioban
Taggeur Turbulent


Messages : 69
Date d'inscription : 30/01/2014
Localisation : Te-o, pas Te-ou !

MessageSujet: Re: Come on and run !   Ven 6 Fév 2015 - 14:05

Pas le fric sur elle, mais bien sûr… Teo baissa le bras, pas si surpris que ça. De toute façon, si elle fuyait un flic, c'était pas pour rien, et il laissa son regard couler sur elle alors qu'elle le toisait d'un air défiant. Bon. Pas bien grave, il l'aurait aider sans. Et… ah ?

Voilà qui changeait tout.

- Je rêve ou tu viens de m'inviter au resto ?

Grand sourire – un peu moqueur, parce qu'il savait très bien que ce n'était pas le cas. Juste, je te paie au passage avant de partir avec mes potes. L'idée lui aurait plu, pourtant. Il n'allait jamais à la crêperie bretonne – pas que ce soit un mauvais endroit, mais il limitait les frais un maximum et donnait tout ce qui lui tombait dans la poche à sa mère. Pouvoir se régaler gratuitement, voilà qui lui aurait bien dit. Surtout en sa compagnie – rentre-dedans et spontanée, c'était exactement le genre de personnes avec qui il aimait s'éclater. Mais ce ne serait pas le cas – si elle se souvenait de lui au passage, il aurait de la chance. Probablement se pointerait-il sans qu'elle capte d'abord, toute occupée à penser à ses potes et aux choses auxquelles elle pensait d'habitude.

- Et je demande qui à Gaëlle, pour lui demander si tu es déjà passée ? Moi c'est Teo.

Il était curieux de partir avec autre chose qu'un visage – elle était pleine de fougue, avec ses mèches, son piercing, son style qui disait « c'est moi, j'arrive, je suis là, si vous êtes pas contents allez voir ailleurs, et si vous l'êtes venez, on va s'éclater... » Un nom ? Est-ce qu'elle était de Muzenn ? Non parce que si oui, c'était quand même bizarre qu'il ne l'ait pas croisée plus tôt, ce n'était pas comme si elle était irrepérable...

- J'te laisse filer, t'as l'air pressée. A la prochaine.

Lui, il allait devoir trouver un autre coin à taguer.

Et il y en avait une qui venait de lui donner une belle bouffée d'inspiration...

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhea Llewellyn
Punk Attitude


Messages : 9
Date d'inscription : 09/01/2015

MessageSujet: Re: Come on and run !   Ven 6 Mar 2015 - 16:03

Les mecs, tous les mêmes. Tendez-leur la main et ils prennent le bras tout entier. Elle voyait bien qu’il rigolait, tous les types rigolaient, et c’était pour ça qu’elle se plaisait leur compagnie. Pas de remarques bourrées de double-sens typiques des meufs. S’entourer de mecs, c’était se dire les vraies choses sans passer par quatre chemins, et ne pas y passer des heures. Elle lui rendit son sourire, le genre « Rêve pas » éloquent auquel elle se doutait qu’il ne répondrait rien parce qu’il n’y avait rien de plus à ajouter.  Ce n’était pas une invitation, ils le savaient tous les deux, alors elle hocha la tête quand il se présenta et en fit autant à son tour.

-Kat. Je t’attendrai devant, ce sera plus simple.

Dehors allait très bien, pas la peine d’entrer et d’occuper une table pour rien, surtout en pleine heure de pointe. Lui filer l’argent prendrait une minute, et il avait tout intérêt à être à l’heure, contrairement au gamin qui lui servait de colocataire. Si Kyle comptait se permettre ses enfantillages le jour de l’anniversaire de Diego, il allait le sentir passer. Heureusement, les disputes ne duraient jamais longtemps. Ils se criaient dessus un max de dix minutes et passaient à autre chose. L’histoire de l’occupation de la salle de bain était une exception, et vivement qu’elle se règle car elle ne jouerait pas l’arbitre très longtemps. Tout comme elle ne comptait pas traîner dans le coin, merci à Téo de le comprendre. Pas si petit que ça le pois, finalement.

-Ça marche, à plus !

Elle lui envoya un signe de main et lui tourna le dos, marchant jusqu’à l’intersection avant d’abandonner et de retirer ses talons. Celui de gauche lui pétait la cheville, elle avait sûrement fait un faux mouvement pendant la course. Tant pis, elle rentrerait pieds nus, pour le peu que les regards la dérangeaient, et non sans repenser à la soudaine distance mise entre le flic et elle, un peu plus tôt. Elle soupçonnait un Talent, mais ne chercha pas plus loin. Ce monde ne l’inspirait plus depuis un bon moment, elle avait plus urgent et important à penser. Si Téo s’était servi du sien pour la tirer d’embarras, soit, elle lui filerait sa récompense quoi qu’il en soit. Elle le payait pour son résultat, non sa méthode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Come on and run !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Come on and run !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Muzenn :: Village :: Galerie Marchande-